Ville Vallgren
Christ

Christ
Ville Vallgren (1855-1940)
Christ
Vers 1889
Plâtre patiné
H. 71,3 ; L. 62 ; P. 23 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Christ


Entre 1889 et 1901, le Finlandais Vallgren expose son Christ à dans plusieurs expositions européennes d'avant-garde, dans des matériaux divers et avec de multiples variantes. Le plâtre du musée d'Orsay a probablement figuré à la Sécession de Munich en 1893 puis à la Libre Esthétique à Bruxelles en 1895.

Lors de la première présentation d'un exemplaire du Christ, à l'Exposition universelle de 1889, l'oeuvre retient l'attention de la critique. Ainsi Gabriel Hanotaux, sous le pseudonyme de Chardin, écrit: "Tout d'abord une tête de Christ en relief, un petit morceau grand comme deux mains, mais si puissant, si doux, si expressif que ça a été le coup de foudre. Je suis resté là longtemps à essayer de pénétrer le secret de cette vision extraordinaire, de ce sourire à fleur de dents, de cette expression mystique, perçant à travers des yeux mi-clos". Le commentaire est visiblement marqué par l'esthétique symboliste, à laquelle les oeuvres religieuses et élégiaques de Vallgren peuvent être assimilées.

La couleur beige foncé du plâtre est due à l'application d'un enduit à la gomme-laque sur l'ensemble de la surface, destiné à protéger l'oeuvre lors d'une opération de moulage. Mais on sait que Vallgren aimait la polychromie. Plusieurs de ses oeuvres - telle La Douleur, conservée également au musée d'Orsay - attestent de ses recherches de patines subtiles, qui furent d'ailleurs très prisées des amateurs et des critiques.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter