Auguste Rodin
Fugit Amor

Fugit Amor
Auguste Rodin (1840-1917)
Fugit Amor
1886
Bronze
H. 38,8 ; L. 46 cm
© RMNRMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Michèle Bellot - Jean Schormans

Fugit Amor


Ce petit groupe figure à l'origine dans la Porte de l'Enfer. La Porte, commandée en 1880, est la grande affaire de la vie de Rodin. Le sculpteur choisit d'illustrer L'Enfer de Dante, peuplé de damnés suppliciés. Il y travaille pendant au moins vingt ans, sans jamais l'achever.
Cette oeuvre monumentale, comptant cent quatre-vingt-six figures est pour Rodin l'occasion de se créer un "réservoir" dans lequel il puisera pour ses futures compositions. Modelant certains personnages en terre, le sculpteur les fait ensuite mouler en plâtre, puis les transforme en leur retranchant des membres ou en ajoutant éventuellement d'autres à l'aide de plâtre frais. Ainsi, en les agrandissant, la Porte est à l'origine d'Ugolin ou du Penseur...
Ces techniques d'addition, de soustraction et de multiplication permettent donc à Rodin de créer des modèles qui connaissent un extraordinaire succès commercial.
Fugit amor est formé de deux corps, un homme et une femme, acrobatiquement accrochés l'un à l'autre, comme entraînés par d'invisibles flux contraires. A l'origine présent en deux endroits du vantail droit de la Porte, le groupe a très vite mené une existence indépendante. Il est parfois coulé dans le bronze comme ici, ou taillé dans le marbre. Même dans cette dimension parfaitement adaptée à l'intérieur d'un collectionneur, l'oeuvre n'en est pas moins poignante par sa tension émotionnelle symbolisant la difficulté insurmontable des rapports amoureux.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter