Victor Ségoffin
Danse sacrée

Danse sacrée
Victor Ségoffin (1867-1925)
Danse sacrée
1905
Statue en marbre
H. 250 ; L. 140 ; P. 80 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean Schormans

Danse sacrée


La violence du mouvement s'allie, dans la Danse sacrée de Victor Ségoffin, à une construction à la fois simple, presque jusqu'à l'excès. La figure s'aligne le long d'une diagonale sans aucune souplesse, soulignée encore par la courbe de l'écharpe ; l'expression farouche du visage évoque quelque civilisation primitive, le rythme et la scansion de la danse trouvent une sorte d'équivalent sculpté. Le marbre lui-même semble taillé nerveusement et enregistre, comme des vagues tempétueuses, les agitations de l'étoffe.

L'oeuvre est exemplaire de la voie choisie par Ségoffin qui réunit dans une vigoureuse combinaison la tradition de la composition et un traitement virtuose, heurté du marbre emprunté à la modernité. Il en tire une interprétation très baroque du mouvement qui distend les corps ou les contracte jusqu'au raidissement et doit sans doute beaucoup à la gestuelle du théâtre et du drame.

Cette veine créatrice s'épanouit précisément avec la Danse sacrée conçue en 1903 pour le Palais de l'Elysée avec comme pendant la Danse profane. Ce style généreux et large valut à Ségoffin des commandes prestigieuses pour le Panthéon ou le jardin du Luxembourg.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter