Constantin Meunier
Industrie

Industrie
Constantin Meunier (1831-1905)
Industrie
1896
Haut-relief en bronze
H. 68 ; L. 90 ; P. 36 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Industrie


Le belge Constantin Meunier est le premier sculpteur étranger acheté par l'Etat français pour le musée du Luxembourg. Il s'agissait de deux statuettes en bronze, Débardeur du port d'Anvers et Marteleur, acquises en 1890 au premier salon de la Société nationale des Beaux-Arts, société sécessionniste des Artistes français.

Dès 1885, Meunier consacre sa vie à un Monument au travail composé de figures et de reliefs explicatifs et complets. En 1890, il expose un petit bas relief en plâtre de l'Industrie au Salon de Bruxelles d'après sa peinture de 1884, Enlèvement d'un creuset brisé. Il en montre une étude au Salon de Paris de 1892, puis à la Libre Esthétique de Bruxelles de 1895 où une salle lui est consacrée sous le titre, Le Feu, L'Oeuvre. Son succès est plus grand encore à l'exposition de Bing à Paris en 1896. Georges Clemenceau le félicite d'avoir "rendu l'épopée du travail avec une puissance inouïe". Ces deux figures grandeur nature sont commandées en bronze et entrent au musée du Luxembourg en 1897.

Meunier a composé tous les éléments de son monument dont les quatre reliefs, l'Industrie (le Feu), la Moisson (l'Air), le Port (l'Eau), la Mine (la Terre) mais n'a pas résolu la disposition finale. Sur une maquette en terre l'Industrie est placée sur la face principale. Mais sur le monument érigé longtemps après sa mort, à Laeken en 1930, c'est la Moisson.


Le thème du Monument au travail préoccupe les sculpteurs à la suite de Constantin Meunier comme, en France, Dalou, Rodin et Bouchard. Aucun ne le mène à son terme. Les travailleurs manuels représentés comme des héros sans faiblesse ont une abondante descendance dans les pays de l'Est.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter