Auguste Rodin
La Pensée

La Pensée
Auguste Rodin (1840-1917)
La Pensée
Vers 1895
Tête en marbre ; taille
H. 74,2 ; L. 43,5 ; P. 46,1 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR


La Pensée
La Pensée

La Pensée


Camille Claudel, élève et amante de Rodin, posa souvent pour lui et le sculpteur en fit plusieurs portraits. Léonce Bénédite raconte que c'est, comme souvent, au cours de l'exécution qu'il prit la décision de ne pas la pousser davantage et de laisser le bloc inachevé au-dessous de la tête. L'oeuvre fut alors baptisée La Pensée émergeant de la matière. Le marbre fut donné au musée du Luxembourg - musée des artistes vivants - en 1902.

Le visage est penché en avant, jusqu'à s'envelopper d'ombre, et semble plongé dans une rêverie, le regard fixé sur l'invisible. L'opposition entre les carnations parfaitement polies et le bloc laissé brut, avec toutes ses aspérités, nourrit l'impression d'apparition, et donne une profondeur symboliste à l'oeuvre.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter