Paul Troubetzkoy
Madame Aurnheimer

Madame Adelaide Aurnheimer, ou Dopo il ballo (Après le bal)
Paul Troubetzkoy (1866-1938)
Madame Adelaide Aurnheimer, ou Dopo il ballo (Après le bal)
1898
Bronze
H. 53 ; L. 66,8 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski


Madame Adelaide Aurnheimer, ou Dopo il ballo (Après le bal)

Madame Adelaide Aurnheimer, ou Dopo il ballo (Après le bal)


Née à Dresde en 1873, Adelaide Ratsch épouse le marchand allemand Carlo Federico Aurnheimer. Le couple s'installe à Milan dans les années 1880 et devient l'un des principaux mécènes de la Famiglia artistica milanese, une galerie d'art fondée en 1873 et qui soutient de jeunes artistes. Elle appartient à un mouvement artistique et littéraire, la "Scapigliatura", sorte de bohème d'avant-garde.

En 1897, à l'occasion du carnaval, la Famiglia artistica organise un grand bal costumé au théâtre lyrique de la ville. Cet événement donne lieu à un concours d'élégance. Le premier prix est un portrait sculpté du gagnant ou de la gagnante en costume de bal, réalisé par l'artiste italien Paolo Troubetzkoy. C'est Adélaide Aurnheimer qui l'emporte. Elle pose dans son costume de Manon Lescaut, l'héroïne d'un roman de l'abbé Prévost qui fit scandale à partir de 1731 et surtout d'un opéra de Giacomo Puccini créé à Turin en 1893.

Il n'est pas surprenant que Troubetzkoy se soit associé à un événement mondain de ce type. Cet aristocrate nourrit une prédilection pour les portraits de personnalités appartenant à la haute société et au monde de la culture. Installé à Paris en 1905, Troubetzkoy connaît un immense succès avec ce genre de statuettes de figures debout en pied ou assises. C'est alors que le musée du Luxembourg acquiert ce bronze.

La technique nerveuse du sculpteur traduit parfaitement les frémissements de la robe. Toute la matière semble se dissoudre dans un mouvement continu.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter