Frida Kahlo, Diego Rivera. L'art en fusion

Catalogues d'exposition
Marie-Paule Vial , Branko Aleksić, Béatrice Avanzi, Juan Rafael Coronel Rivera, Gérard De Cortanze, Christine Frérot, Leila Jarbouai, Michael Lowy, Carlos Phillips Olmedo
Musées d'Orsay et de l'Orangerie / Hazan - 2013
broché - 240 x 310 mm - 184 p. - 155 ill.
ISBN : 978-2-7541-0718-1
35€ - disponible

Rarement exposées ensemble, les oeuvres de Frida Kahlo (1907-1954) et de Diego Rivera (1886-1957) racontent la vie d'un couple mythique, dont la légende a souvent dépassé la réputation artistique.
Séparés par une différence d'âge de vingt ans, mariés deux fois, divorcés pendant un an, "l'éléphant et la colombe" (comme les appelaient les parents de Frida) furent incapables de vivre l'un sans l'autre.

Leurs oeuvres diffèrent en bien des aspects : tandis que Diego, principal acteur du muralisme dans le Mexique postrévolutionnaire, couvrait des milliers de murs de ses fresques, messages adressés au peuple, Frida peignait de petits tableaux qui racontent sa vie intime. Leur travail n'en est pas moins complémentaire et trouve sa force commune dans la passion qui a caractérisé toute leur existence : passion pour la vie, qui n'a jamais quitté Frida malgré la souffrance causée par un terrible accident de bus, passion pour leur pays, à travers leur engagement politique et leurs références historiques, mythiques et symboliques, mais surtout passion qu'ils éprouvèrent l'un pour l'autre.
Au-delà de la "mexicanité", qu'ils ont contribué à forger, leurs tableaux partagent une outrance provocatrice et libératoire, et tous deux surent transformer le personnel en mythe. De son travail de muraliste, incarnant les idéaux de la révolution, évoqué ici à travers ses dessins et des photographies, aux tableaux cubistes créés alors qu'il côtoyait le milieu artistique parisien, des oeuvres inspirées de l'histoire et des traditions mexicaines, Diego Rivera fut un artiste prolifique. On trouve dans son oeuvre un dialogue ininterrompu avec celle de Frida Kahlo, laquelle, sur fond d'évocation de la mythologie du Mexique, peignit ce qu'elle appelait sa "réalité" tragique et révoltée. Elle construisit son image de façon répétitive et quasi obsessionnelle, jusqu'à devenir une icône moderne.



Manifestation

Paris, musée national de l'Orangerie



Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter