48/14, La revue du musée d'Orsay N°03, automne 1996

48/14 La revue du musée d'Orsay
Collectif, Henri Loyrette, direction
Menzel, Töpffer, Goncourt
Musée d'Orsay / Réunion des musées nationaux - 1996
broché
Français
épuisé

 

 

Actualités


Cette rubrique s'ouvre sur De l'impressionnisme à l'art nouveau, exposition présentant les acquisitions du musée d'Orsay entre 1990 et 1996, suivi par un entretien avec Dominique Denis, fils du peintre Maurice Denis, sur Donner, céder des oeuvres d'art aux musées. Viennent ensuite les expositions sur Paul B. Haviland, photographe et Charles Le Coeur, architecte et premier amateur de Renoir. Un festival de cinéma muet : le studio Mejrabpom ou l'aventure du cinéma privé au pays des bolcheviks clôt les Actualités.

Etudes


Töpffer : l'art de la naïveté
par Marie Alamir-Paillard, historienne de l'art
Le 25 novembre 1995, Marie Alamir-Paillard prononçait une conférence dans le cycle Art et naïveté qui s'appuyait sur une phrase de Cézanne rapportée par Emile Bernard : "quant à moi je veux être un enfant." Une telle déclaration n'est pas isolée en ce XIXe siècle : d'Ingres à Théophile Gautier, de Töpffer à Ruskin, l'enfant, voire le dessin de l'enfant, est perçu comme la forme du génie artistique à l'état brut. "L'enfant , écrit Baudelaire, voit tout en nouveauté : il est toujours ivre."

Voir et donner à voir
par Chantal Georgel, conservateur en chef
Doit-on éclairer les hommes ou éclairer les oeuvres ? Ou les deux à la fois? Chantal Georgel pose le problème de l'éclairage dans les musées depuis leur naissance, qui date sous leur forme moderne du siècle des lumières…

Manette Salomon ou le roman de la fin de l'art
par Jacqueline Lichtenstein, maître de conférences à l'université de Paris X-Nanterre
Au début de l'année 1996, le musée d'Orsay a consacré aux Goncourt un cycle de conférences, au moment du centenaire de la mort d'Edmond. C'est à cette occasion que Jacqueline Lichtenstein a exprimé les relations difficiles des deux frères à l'art de leur temps. Manette Salomon, en d'autres termes, est-ce le roman de la modernité en peinture ? D'une modernité fictive ou réelle?

L'art de Menzel et le principe du doute
par Claude Keisch, conservateur à la Alte Nationalgalerie de Berlin
L'activité du peintre Menzel s'étendit sur trois quarts de siècle. Né l'année de Waterloo, il mourut l'année de la révolution russe en 1905. Entre-temps, la peinture allemande était passée des paysages sublimes de Caspar David Friedrich à la violence expressionniste de la Brücke. Où situer Menzel, où situer son réalisme étrange dans ce siècle de ruptures successives? C'est le propos de cette étude, issue d'une conférence prononcée par Claude Keisch au musée d'Orsay à l'occasion de la rétrospective Menzel dont il était l'un des commissaires.

Vie du musée


Nous apprenons ici ce qu'ont été ce que sont aujourd'hui la documentation et les fonds documentaires anciens du musée d'Orsay



Manifestations




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter