48/14, La revue du musée d'Orsay N°08, printemps 1999

48/14 La revue du musée d'Orsay (1995-2011)
Collectif, Henri Loyrette, direction
1848 : trois écrivains face à l'histoire (Hugo, Michelet, Flaubert)
Musée d'Orsay / Réunion des musées nationaux - 1999
broché
Français
9,15 € - disponible

 

 

Actualités


Cette rubrique s'ouvre sur la saison anglaise qui est l'événement du printemps au musée: les responsables des différentes expositions et manifestations les présentent. L'accent est mis, dans la rubrique "invitation à la visite", sur un accrochage original. Il s'agit de la collection aujourd'hui méconnue d'un amateur anglais, Sir Edmund Davis, qui fit don au musée du Luxembourg en 1915 d'un groupe d'oeuvres anglaises importantes.

Etudes


1848 : trois écrivains face à l'histoire
En février 1848, et surtout lors des journées sanglantes de juin, quelle fut l'attitude des écrivains ? Comment agit un Hugo, réagit un Michelet? Quelle trace par ailleurs a laissée cette violence, condamnée ou non comme un avatar de la Terreur, dans la littérature qui fera quelques années plus tard retour sur l'événement? Quel sens ainsi donner au départ de Frédéric et Rosannette dans L'Education sentimentale, quittant Paris pour Fontainebleau, la ville pour une nature qu'on rêve inviolée. Ce sont ces questions, essentielles pour saisir le moment 48, qui réunirent en mars-mai dernier, lors d'un cycle de conférences, quelques spécialistes de la littérature française.
Hugo : quel côté de la barricade ?
par Guy Rosa, professeur à l'université de Paris VII-Jussieu.
Michelet : l'histoire à l'épreuve de l'Histoire
par Paule Petitier, professeur à l'université François-Rabelais de Tours.
Juin 1848 dans L'Education sentimentale de Flaubert : la Révolution ou les vacances ?
par Jean Borie, professeur à l'université de Neuchâtel.

Daumier et Les Sept Merveilles du monde.
par Dominique Lobstein, documentaliste au musée d'Orsay.
Le monde du spectacle, parce qu'il touche et révèle une société entière, occupe une place privilégiée dans l'art de Daumier, lithographies et tableaux indifféremment. De la tragédie au mélodrame, des poncifs de la scène aux émotions de la salle, le théâtre, en particulier, a souvent retenu l'artiste. Cette étude dévoile un aspect méconnu de ce goût immodéré pour les planches. D'observateur ironique, Daumier devint homme de théâtre, le temps d'une féerie.

Vie du musée


Un dernier entretien avec une personnalité fondatrice du musée d'Orsay, en l'occcurence l'architecte Gae Aulenti, est publié ici; il clôt la série d'entretiens menés à l'occasion des dix ans d'Orsay. On y trouve aussi la présention d'une exposition d'été célébrant le retour au musée d'une sculpture longtemps déposée à la mairie d'Amboise : la Jeanne d'Arc de Chapu.



Manifestations



Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter