48/14, La revue du musée d'Orsay N°17, automne 2003

48/14 La revue du musée d'Orsay
Collectif, Serge Lemoine, direction
Les expositions de l'automne
Musée d'Orsay / Réunion des musées nationaux - 2003
broché
Français
11 € - disponible

 

 

Actualités


Expositions

  • Aux origines de l'abstraction (1800-1914)
  • Installations d'Ann-Veronica Janssens
  • L'album de famille : figures de l'intime, Galerie de photographie
  • Gauguin-Tahiti. L'atelier des tropiques
  • Vuillard (1868-1940)
  • L'Algérie de Delacroix à Renoir


Programmation de l'auditorium
Nouvelles acquisitions

  • Pierre Puvis de Chavannes, Maternité, 1887, huile sur toile.
  • Claude Monet, Effet de vent, série des peupliers, 1891, huile sur toile.
  • Barthélémy Thalamas, Portrait métaphorique, vers 1850, daguerréotype.
  • Lars Kinsarvik (1846-1925), Fauteuil, vers 1900, bois sculpté et peint.
  • Les silhouettes du Chat noir



Etudes


Si loin, si proche : Paul Gauguin et André Fontainas
par Laurent Houssais
Poète symboliste et familier de Mallarmé, André Fontainas devint le critique du Mercure de France en décembre 1896. Il remplaçait à cette fonction Camille Mauclair qui s'était plu, peu de temps auparavant, à éreinter Gauguin et ses "déformations". Lors de l'exposition organisée par Ambroise Vollard, Fontainas devait se montrer plus sensible au peintre de Tahiti. Il s'ensuivit, entre les deux hommes, une complicité empreinte de réserves.

Entre tradition et transgression, Vuillard face au portrait moderne
par Laurence des Cars
"Vuillard portraitise à plaisir" écrit Thadée Natanson en juillet 1897. C'était saluer d'une formule heureuse la place grandissante que prenait alors le portrait chez cet artiste réputé intimiste. Vuillard pratiqua en effet le genre assidûment jusqu'aux années 1930, en réponse à une demande soutenue et avec la volonté inquiète de rejoindre les plus grands. Réconciliant Rembrandt et Raphaël, admirant Ingres autant que Degas, Vuillard signait le portrait de toute une époque.

Edouard Vuillard et Maurice Denis : le tournant classique de 1898
par Jean-Paul Bouillon
La lettre, inédite jusqu'à présent, que Vuillard adressa à Maurice Denis le 13 février 1898, un mois après la publication du J'accuse de Zola, permet de mesurer plus finement les effets de l'Affaire Dreyfus sur le groupe des Nabis et leur art. Contrairement à Vuillard, Denis n'était guère partisan du capitaine déchu. Aussi le classicisme moderne qu'il défendit au seuil du XXe siècle peut-il également s'évaluer à la lumière de cette fracture profonde.

Portrait de l'artiste en Regulus
par Pierre Wat
Héros de la guerre que se livrèrent Rome et Carthage, Regulus en est le martyr exemplaire. Sa loyauté lui valut d'avoir les paupières sectionnées et d'être exposé au soleil jusqu'à la cécité. Après que Turner l'eût illustré, cet éblouissement solaire fut perçu comme la métaphore de l'art moderne, ne faisant qu'un avec le motif jusqu'à abolir la distance entre l'image et le réel. Cette fusion, à l'autre extrémité du siècle, déboucha sur différentes formes d'abstraction.



Manifestations


Paris, Galeries nationales du Grand Palais


Paris, Galeries nationales du Grand Palais



Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter