48/14, La revue du musée d'Orsay N°18, printemps 2004

48/14 La revue du musée d'Orsay
Collectif, Serge Lemoine, direction
La polychromie
Musée d'Orsay / Réunion des musées nationaux - 2004
broché
Français
11 € - disponible

Actualités


Expositions

  • Charles Cordier, sculpteur, l'autre et l'ailleurs
  • Galerie de photographie : Paysage et nature ; Photographie de guerre
  • Jongkind
  • La Main aux algues et aux coquillages, le testament artistique d'Emile Gallé
  • Józef Mehoffer


Le musée Hébert
Programmation de l'auditorium

Etudes


L'évolution du regard sur la sculpture polychrome
par Emmanuelle Héran
Longtemps séparées, la sculpture et la couleur, domaine réservé du peintre, se réconcilient au cours du XIXe siècle, restaurateur des temps antiques. Mais cette réunion ne va pas sans susciter débats et résistances de tous ordres. C'est que "la sculpture en couleurs" se situe aux limites de l'art, trop près de l'illusion et du trompe-l'oeil pour ne pas effrayer les gardiens du beau idéal.

Une autre polychromie : plâtres patinés, bronzes et sculptures céramiques de Jean-Joseph Carriès
par Edouard Papet
Sculpteur du fameux Faune et créateur de Masques d'horreur d'inspiration japonaise, Jean-Joseph Carriès (1855-1894) fut l'un des adeptes les plus convaincus et inventifs de la polychromie, usant de patines singulières comme du grès émaillé avec la même liberté. Celui qui se voulait le Velasquez de la sculpture a inscrit dans l'histoire du symbolisme sa verve toute picaresque.

"La lutte avec la couleur". Reproduire la polychromie par la photographie
par Dominique de Font-Réaulx
La reproduction des couleurs fut au coeur des préoccupations des premiers photographes. Pourtant, celle des oeuvres d'art atteint en noir et blanc une qualité qui satisfait les artistes, Gérôme ou Cordier en particulier. Le débat portait moins sur la qualité des tons que sur celles des valeurs et sur la capacité à rendre les différentes fréquences des couleurs du spectre.

"Une florule anthologique" : Gallé et la marqueterie de verres
par Philippe Thiébaut
Les expériences chromatiques que Gallé n'a cessé de mener relèvent de"nouveaux besoins d'exprimer ". Contrastes colorés ou nuances harmonieuses, oppositions de matités et de brillances, de surfaces lisses et rugueuses, autant de procédés qui aboutissent à un langage dont l'emprise sur l'imaginaire élargit singulièrement le pouvoir de séduction de la matière vitreuse.



Manifestation


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter