48/14, La revue du musée d'Orsay N°26, printemps 2008

48/14 La revue du musée d'Orsay
Collectif, Guy Cogeval, direction
Musée d'Orsay / Réunion des musées nationaux - 2008
broché
Français
15 € - disponible

 

 

Etudes


Note sur les Goncourt au Salon de 1852 : "Notre réalisme à nous"
par Stéphane Guégan
On ne lit plus guère le Salon de 1852 des frères Goncourt, qui signent là pourtant leur entrée dans la critique d'art parisienne. Ils la pratiquent en émules de Diderot, de Gautier et de Baudelaire, sans craindre cependant d'écarter ces modèles souverains dès qu'il s'agit de malmener les maîtres du moment. À la recherche d'un nouveau Géricault, qui endiguerait la vague réaliste, ils élisent Couture, le moderne par excellence selon eux. Retour sur un texte oublié et ses enjeux d'époque.

Jean-Louis Hamon. Les néo-grecs et le goût pour l'antique dans les années 1850
par Sébastien Quéquet
Au milieu des années 1840, dans l'atelier de la rue de Fleurus, se croise tout un "monde amusant et libre, plein de jeunesse et de coq-à-l'âne", autour des peintres Hamon, Picou, Gérôme et Boulanger. Riches de maints frottements avec la musique et la littérature du temps, les néo-grecs imposent un style où l'antique habille les questions du jour. Loin de se cantonner au pastiche ou à la parodie d'un monde révolu, leurs tableaux se nourrissent de sources inattendues et savent faire grincer les interrogations existentielles.

Thomas Couture et l'Amérique
par Bénédicte Ottinger
Durant la dernière décennie de sa carrière, Thomas Couture (1815-1879) répond à une demande croissante du marché américain. Si d'aucuns considèrent la production destinée aux cimaises d'outre-Atlantique par trop commerciale, il n'est pas inutile de réévaluer cet artiste majeur du xixe siècle par ses liens avec le Nouveau Monde. La démarche de Couture éclaire en outre les mécanismes du monde de l'art aux États-Unis, où se répand alors la vogue de la peinture européenne, par l'intermédiaire des marchands et des élèves de l'artiste.

Art Nouveau Revival : le décor de film dans les années 1960 en France
par Philippe Thiébaut
L'Art Nouveau, après un long purgatoire, renaît dans les années 1960. Les cinéastes et leurs décorateurs jouent alors un rôle essentiel, souvent ignoré, dans cette exhumation. Dévalorisé mais suggestif, moderne car dynamique, le style Art Nouveau se plie et se plaît à toutes les atmosphères, l'univers des gangsters comme celui des amours illicites.

Actualités


Acquisitions

  • Emile Friand, Ombres portées
  • Charles Victor Guilloux, Crépuscule
  • Fernand Khnopff, L'Encens
  • Constant Montald, Paysage symboliste
  • Félix Duban, La Cour des études de l'École des beaux-arts, Paris
  • Ernest Chardon de Thermeau, Projet pour la reconstruction de l'hôtel de ville de Paris, concours de 1873, élévation
  • Léon Bonnenfant, Projet pour l'Exposition universelle
  • Eugène Viollet-le-Duc, Temple de Neptune à Paestum
  • Hector Horeau, Projet d'opéra pour la Ville de Paris
  • Hector Guimard, Sept modèles et projets de luminaires électriques
  • Émile Muller et Cie, Support de calendrier éphéméride
  • Daum frères, Vase
  • Akseli Gallen-Kallela, Tapis "Flamme"
  • Maison Martine, Paravent à trois feuilles
  • Eugène Maret, Portail latéral de Notre-Dame de Paris et Portail du couvent de Marmoutier
  • Philibert Perraud, Groupe d'artistes à Rome



Bibliographie critique

La Société des Amis du Musée d'Orsay




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter