Poètes et musiciens dans l'Angleterre d'Oscar Wilde

Napoléon SaronyPortrait d'Oscar Wilde© National Portrait Gallery, London
Peu d'artistes et d'écrivains auront autant influencé la société de leur temps que ceux qui se rassemblèrent au milieu du XIXe siècle sous la bannière de l'Art pour l'Art. En révolte contre l'académisme, ils proposeront non seulement un nouvel élitisme mais aussi une nouvelle spiritualité en art, ne laissant de côté aucun domaine de la création, qu'il s'agisse des arts plastiques, du roman et de la poésie, des arts décoratifs, de la musique, de la photographie, sans parler de la mode et de la philosophie sociale.
En musique, comme en peinture ou en littérature, la quête d'un passé glorieux qui puisse nourrir le présent, s'impose à travers la résurrection de Purcell et ses contemporains, de Haendel et la tradition de l'oratorio où Wagner entendra le véritable esprit de la culture musicale anglaise. Une culture préservée grâce aux maîtrises qui intègrent l'apprentissage de la musique à l'éducation générale dans les universités. De ce point de vue, le rapport à la langue anglaise est ce qui réunit musique sacrée et musique profane en une alliance qui privilégie une vision toute particulière de cet art.
Des oeuvres d'Elgard, Stanford, Dyson, Holst, Vaughan Williams, on retiendra l'image d'un pèlerinage spirituel, nourri des traditions nationales, voire topographiques des Iles britanniques, recherchant dans le génie poétique de Blake, Tennyson, Rossetti, les fruits précieux d'une insularité revendiquée.

Soirée exceptionnelle dans la nef

Choeur du King's College de Cambridge
Steven Cleobury, direction
Hubert Parry
My soul, there is a country
Ralph Vaughan Williams
Silence and music
Three Shakespeare Songs

Nicholas Maw
One foot in Eden
Richard Allain
Welcome, all wonders
Benjamin Britten
Five Flower Songs
Richard Rodney Bennett
A flower at sun-rising
William Walton
Where does the utter'd music go?
Set me as a seal

Charles Wood
Hail, gladdening light

 
ven. 28 octobre 2011 - 20h30
Musée d'Orsay
Allée centrale des sculptures

Concert gratuit dans la limite des places disponibles

Gabriel Woolf, récitant
Guy Vandromme, piano
Eric de Kuyper, conception visuelle
Richard Strauss
Enoch Arden, op. 38, mélodrame pour récitant et piano d'après le poème d'Alfred Tennyson

Spectacle en anglais surtitré

"Une bande sonore sans film" : c'est ainsi que le musicologue John Pritchett décrit le monodrame Enoch Arden de Richard Strauss. La perle oubliée de Strauss date de 1897 et est une composition pour voix parlée et piano. Un morceau au piano pensé comme une symphonie et pourvu de "leitmotivs" rythmiques accompagne l'histoire d'Alfred Tennyson. Sur la rude côte rocheuse anglaise, deux amis, Enoch Arden et Philip Ray, aiment tous les deux Annie Lee. Lorsque Annie lui préfère Enoch, Philip souffre en silence ; mais ensuite, Enoch part pour un long voyage en mer et Philip prend soin de la famille sans père...
La version musicale proposée par Richard Strauss de cette histoire sur l'amour et le dévouement jette en quelque sorte un pont entre le langage de ses poèmes symphoniques et celui de ses opéras plus tardifs. Eric de Kuyper a sélectionné des fragments de films qui peuvent être considérés comme des variations sur Enoch Arden. Ils entrent dans un dialogue avec la musique et la narration.

Production Muziektheater Transparant

 

 
jeu. 10 novembre 2011 - 20h00
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Radio France
Charlotte Rampling, récitante
Gabriel Woolf, récitant
William Walton
Façade, divertissement pour récitant, flûte, clarinette, saxophone, trompette, violoncelle et percussions sur des poèmes d'Edith Sitwell
Ralph Vaughan-Williams
Six Studies on English folk song

 
jeu. 15 décembre 2011 - 20h00
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter