Représentations du corps moderne

ARCHIVE
2012
Conférences de la Sorbonne

Edgar DegasScène de guerre au Moyen Age© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Sous la direction de Jacqueline Lichtenstein, professeur d'esthétique et de philosophie de l'art, université Paris IV-Sorbonne.
En lien avec les collections du musée d'Orsay, ces cours abordent un certain nombre de questions théoriques, propres à la réflexion philosophique sur l'art - en se fondant sur l'analyse des oeuvres - comme l'étude du dialogue entre la littérature, la musique, la peinture, l'architecture, la photographie, la danse et le cinéma.

20 avril - 25 mai 2012
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Accès gratuit dans la limite des places disponibles, sans réservation

Entrée Porte C

L'invention du nu moderne

Jacqueline Lichtenstein, professeur d'esthétique et de philosophie de l'art, université Paris IV-Sorbonne

"Le nu tel que les peintres le comprennent n'existe pas" écrit Huysmans dans le Salon de 1879. Au contraire de tous ces peintres pour lesquels le nu est synonyme d'idéal et non de réalité, Degas est à ses yeux le premier à avoir su représenter la nudité du corps féminin dans sa vérité et sa crudité. Des Jeunes Spartiates en exercice  à la série des pastels représentant des femmes se lavant, s'essuyant, se frottant le dos, longuement décrits par Huysmans dans des pages restées inoubliables, on peut voir comment le corps féminin fut pour Degas l’objet d'une fascination attentive, constamment renouvelée par l'usage de nouveaux procédés.

 


Get the Flash Player to see this player.

 
ven. 20 avril 2012 - 12h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2
Get the Flash Player to see this player.

Degas et le corps dansant

Frédéric Pouillaude, maître de conférences, université Paris IV-Sorbonne

Après avoir constaté l'incapacité de la philosophie et de l'esthétique à penser les pratiques chorégraphiques selon le régime commun de l'œuvre, Frédérique Pouillaude appliquera aux représentations du corps dansé chez Degas les notions d’absentement et de désœuvrement, maintenant reconnues au point de devenir des formes à part entière.


Get the Flash Player to see this player.

 
ven. 18 mai 2012 - 12h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2
Get the Flash Player to see this player.

Portrait de Degas

Michel Jarrety, professeur de littérature, université Paris IV-Sorbonne

De l'aveu même de son auteur, quelque chose de Degas est passé dans la figure de Monsieur Teste en 1896, après quoi Valéry a songé à écrire un portrait de Degas, comme il souhaitait vers la même époque écrire un portrait d'Henri Poincaré. L'ouvrage ne vit pas le jour, mais Valéry continua jusqu'à sa mort en 1917 de fréquenter le peintre, connu plus de vingt ans plus tôt. Au tout début des années trente, lorsqu'il proposa au collectionneur et éditeur d'art Ambroise Vollard, d'écrire un livre sur Degas, c'est sans doute à l'oeuvre du peintre qu'il songeait. Mais finalement, en 1937, Degas Danse Dessin fut surtout, une fois encore, une sorte de portrait de Degas.


Get the Flash Player to see this player.

 
ven. 25 mai 2012 - 12h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2
Get the Flash Player to see this player.

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter