Frank Lloyd Wright, premier starchitect

Trois conférences pour comprendre l'architecture de l'inventeur du Guggenheim

Frank Lloyd WrightFalling Water, Edgar J Kaufmann Sr Residence© Adagp, Paris © Richard Nowitz/National Geographic Creative / Bridgeman Images
Bien qu'il soit universellement connu et probablement le plus célèbre des architectes américains, Frank Lloyd Wright n'a pas fait l'objet d'exposition en France depuis 1977. Architecte original et exceptionnel, sa carrière fait le lien entre le XIXe et le XXe siècle. Ces conférences seront l'occasion d'inviter au musée d'Orsay de grands historiens de l'architecture, français et américains, pour mieux comprendre son oeuvre.

12 - 26 janvier 2017
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Tarifs

Plein tarif : 6 €
Adhérents, jeunes et solidarité : 4,50 €

Frank Lloyd Wright, le premier des "starchitects"

Barry Bergdoll, conservateur au Museum of Modern Art, New York et professeur à Columbia University

Pendant une carrière de plus de sept décennies, Frank Lloyd Wright n'a pas seulement réalisé quelques quatre-cents projets et projeté six-cents autres, il a su maîtriser les différents medias de communication pour occuper une place à la fois dans la conscience du public et dans l'histoire de l'architecture moderne. Les journaux, les revues et, à partir des années 1940, la télévision ont contribué à ce que son nom soit pratiquement synonyme d'architecture. A près de quatre-vingt ans, Frank Lloyd Wright a annoncé au public, lors d'une conférence de presse, le projet d'une tour d'un mile de haut pour la ville de Chicago, dépassant de loin tous les gratte-ciels réalisés ou imaginés jusqu'alors. Comment comprendre ce geste publicitaire de la part d'un architecte qui, depuis un quart de siècle, a fait campagne pour un urbanisme dispersé, incarné par la véritable contre-ville qu'est Broadacre City, point culminant d'une carrière dédiée autant à l'architecture qu'à la construction d'une renommée ?

 
jeu. 12 janvier 2017 - 18h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Les lectures de Frank Lloyd Wright, de l'Atlantique à l'Oural

Jean-Louis Cohen, professeur au Collège de France

Entre le début du XXe siècle et sa mort en 1959, Frank Lloyd Wright n'a cessé d'exercer un charme diffus sur l'architecture européenne, forçant tous les représentants des courants novateurs à prendre parti par rapport à ses inventions spatiales, à son esthétique, et au contenu politique implicite de ses projets urbains. La cartographie des usages de son architecture éclaire certains des moments décisifs dans la transformation de la culture architecturale du vieux monde.

 
jeu. 19 janvier 2017 - 18h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Frank Lloyd Wright et l'oeuvre d'art total

Jack Quinan, State University of New York, Buffalo

L'idée qui consiste à considérer la maison comme une œuvre d'art total a revêtu une dimension historique au tournant du XXe siècle, en réaction à l'historicisme architectural du siècle précédent, produit d'une culture bourgeoise inhérente à l'industrialisme. Bien que la révolution industrielle se soit produite plus ou moins simultanément en Europe et en Amérique du Nord, l'Art nouveau n'a donné lieu à aucune production architecturale significative aux Etats-Unis. Les Prairie Houses de Frank Lloyd Wright semblent toutefois répondre à la même vision globalisante que celle de ses contemporains européens. Elles ont été interprétées comme le produit des origines familiales de Wright, de son attachement profond à la nature et au paysage américain, et comme l'incarnation de sa vision d'un nouveau foyer américain.

 
jeu. 26 janvier 2017 - 18h30
Musée d'Orsay
Auditorium niveau -2

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter