Les paysages et leur mystique

Table ronde au collège des Bernardins

Pour voir un paysage, se le représenter, il faut nécessairement se tenir devant. Entrer dedans à l'inverse, tout comme le traverser, c'est ne plus le voir, c'est le perdre. Pourtant, bien qu'elle soit un acte supposant la distance, la représentation du paysage conduit à intérioriser l'objet saisi par le regard. L'acte de voir est changé en vision. Il est en effet possible, et peut-être inévitable, de surmonter le paradoxe et d'entrer bel et bien dans le paysage. L'idée même de paysage évoque donc d'emblée la quiétude méditative, le recueillement, l'intériorisation. Etat mystique et paysage ont partie liée. Il se peut même que le rapport de la mystique et du paysage dépasse la seule métaphore, si ancienne et répandue soit-elle.

mar. 6 juin 2017 - 20h00

Paris, Collège des Bernardins

Tarifs

6€/3€


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion