Musée d'Orsay: Vers le reportage (1843-1933)

Vers le reportage (1843-1933)

ARCHIVE
2007

1

2

3

Charles NègreTrois ramoneurs au repos, quai Bourbon© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt / Alexis Brandt
La soixantaine de photographies des pêcheurs de Firth of Forth, au nord de l'Ecosse, prises en 1843 par David Octavius Hill et Robert Adamson constitue un véritable reportage avant la lettre. Leurs auteurs comptaient en faire une publication qui ne vit jamais le jour.
En France, Charles Nègre est le premier à photographier, dès 1851, les ramoneurs, les chiffonniers, les ouvriers, les paysans et les joueurs d'orgue qu'il croise dans les rues. Il prolonge ainsi une tradition réaliste et pittoresque, bien établie dans la peinture le dessin et la gravure, depuis Jacques Callot. En 1857, l'Empereur Napoléon III commande à Nègre un reportage sur la vie dans l'Hospice de Vincennes qu'il avait créé à l'intention des ouvriers blessés sur les chantiers.

Roger Fenton Landing Place, Railway stores, Balaklava © Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt / Alexis Brandt
Avec la photographie, la guerre cesse d'être le grand sujet héroïque qu'elle avait été en peinture jusqu'à l'époque romantique. Ce sont donc les préparatifs de la guerre de Crimée dans le camp britannique que Roger Fenton photographia en 1855, à la demande de l'éditeur et marchand d'art Agnew.
Les sans grades y font figures d'accessoires. En revanche la symbolique Vallée de l'ombre de la mort concerne bien la foule des héros anonymes tués pour leur patrie.


Thomas AnnanGlasgow : Close n°61 Saltmarket© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt / Alexis Brandt
De même Edouard Baldus reproduisant avec un grand sens théâtral pour le Ministère de l'Intérieur les ravages causés par les inondations du Rhône, survenues en mai 1856, ne fait qu'évoquer le triste sort des sans abris. Pour des raisons techniques en effet, il doit choisir entre la figure et le fonds qui demandent un temps de pose différent, ces derniers ne peuvent donc figurer au milieu des décombres.

Quelques dix ans plus tard, l'Ecossais Thomas Annan photographie les taudis de l'Est de Glasgow à l'aide de la technique plus rapide du négatif verre au collodion humide. Il peut ainsi photographier ces quartiers, qu'il était question d'assainir, avec leurs occupants. 

1

2

3


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion