Alexandre Charpentier (1856-1909). Naturalisme et Art Nouveau

ARCHIVE
2008

1

2

3

4

 "Ses recherches curieuses dans toutes les branches de son art"

Bas-relief
Alexandre CharpentierJeune mère allaitant son enfant© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
L'évolution de la carrière de Charpentier est en soi une curiosité. Tenté par la sculpture, le jeune homme se voit contraint d'apprendre la gravure en médailles à l'Ecole des Beaux-Arts. Il débute, à 21 ans, avec un minuscule médaillon représentant le portrait de sa mère. Mais son premier coup de maître, en 1883, est un imposant bas-relief, Jeune mère allaitant, la figure est grandeur nature. Cependant, en la réduisant et en l'éditant ensuite en plusieurs tailles, voilà que Charpentier revient à l'art du médailleur. Puis, à partir de 1893, en appliquant ce relief sur un meuble à layette, il fait oeuvre de décorateur, voie vers laquelle il semble vouloir véritablement se diriger.

A la fin de sa carrière, Charpentier revient à la médaille, notamment pour la Société des Amis de la médaille française, ainsi qu'à la statuaire. Malheureusement, ses oeuvres monumentales - Narcisse, La Famille heureuse, les monuments à Charlet et à Zola – ont disparu. Seul demeure le grand relief en grès des Boulangers, mais dans un square discret de Paris.

"Bas-relièfeur"

Couvercle de piano
Alexandre CharpentierLa Danse© DR
Ce qui unit la plupart des créations de Charpentier, de la médaille au grand bas-relief, de l'objet en métal ou en céramique au meuble en bois, c'est la pratique du relief, où il excelle. Lui-même préfére se définir comme "bas-relièfeur". On on peut affirmer qu'avec l'Italien Leonardo Bistolfi (1859-1933) et l'Américain Augustus Saint-Gaudens (1848-1907), Alexandre Charpentier a été l'un des meilleurs bas-relièfeurs de la fin du siècle. 

1

2

3

4


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter