Le daguerréotype français. Un objet photographique

ARCHIVE
2003

1

2

3

4

5

photographie
Louis Jacques Mandé DaguerreCoquillages© P. Faligot, Seventh Square
Le 7 janvier 1839, le physicien François Arago, lors d'une séance de l'Académie des sciences de Paris, présente un nouveau procédé, mis au point par l'inventeur français Jacques Daguerre (1787-1851), permettant de reproduire de manière mécanique et chimique, sans intervention manuelle, les images qui se forment dans la chambre obscure. Le daguerréotype marque ainsi la naissance officielle de la photographie.

Image unique, sur plaque de cuivre recouverte d'argent, aux reflets changeants, polie et souvent réfléchissante comme un miroir - auquel elle a fréquemment été comparée -, le daguerréotype demeure encore souvent, notamment en France, le mal-aimé des débuts de la photographie. Nombreuses sont les histoires de la photographie qui se limitent à un bref rappel de l'invention de Daguerre, dont ne semble subsister que la folie du portrait, épinglée par Daumier et Nadar, folie qui saisit toute une époque où petits et grands posent devant l'objectif, raides et noirs. Le daguerréotype n'apparaît alors que comme un essai, brillant certes, mais avorté, dans le développement de la photographie.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter