La nature prise sur le fait.
Photographies de Charles Aubry (1811-1877)

ARCHIVE
2011

1

2

positif
Charles AubryUne fleur dans un verre© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR
Le regard est certes avant tout celui d'un dessinateur soucieux de la tradition véhiculée par les modèles auxquels il espérait substituer ses images, de sorte que son originalité commerciale s'exprime davantage dans l'exotisme et la rareté des espèces que dans les compositions elles-mêmes. Mais Aubry était, à tort, confiant dans la précision mécanique du medium – synonyme d'une libération possible vis-à-vis de conventions d'interprétation et d'idéalisation de plus en plus décriées –, comme dans le charme de l'imperfection naturelle de la réalité qui s'invitait dans la description, grandeur nature, des stades de floraison d'une espèce, à la limite de sa fanaison.

Il reste que c'est la même puissance du cadrage isolant ou parcellisant, cette hardiesse des plans rapprochés où l'économie de moyens alterne avec la saturation d'un all over végétal, que l'on retrouve 40 ans plus tard dans les modèles du professeur Blossfeldt, avant que ce lointain confrère ne soit érigé en précurseur des avant-gardes photographiques des années 1920.

1

2


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter