La nature prise sur le fait.
Photographies de Charles Aubry (1811-1877)

ARCHIVE
2011

positif
Charles AubryCoings© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
"PRINCE, Pour faciliter l'étude de la nature, je l'ai prise sur le fait et j'apporte aux ouvriers des modèles qui doivent faire grandir l'art industriel un peu compromis par le portefeuille insuffisant des écoles de dessin". Ouvrant la dédicace d'un album offert au Prince impérial, ces lignes résument les ambitions, les stratégies et le contexte d'une entreprise emblématique de l'aventure de la photographie sous le Second Empire : celle d'un dessinateur de modèles pour étoffes qui, à l'âge de 53 ans en 1864, quittait sa profession pour fonder un atelier de moulage et de photographie de végétaux.

Encouragé par le succès d'Adolphe Braun dix ans plus tôt, Aubry espérait faire fortune en fournissant aux écoles de dessin et aux dessinateurs industriels une alternative aux modèles gravés et lithographiés.
A la faveur d'un climat de concurrence avec l'Angleterre, sa production s'inscrivait alors au coeur de vifs débats sur la situation des arts appliqués en France, dont la qualité jugée déclinante était imputée à un système d'enseignement du dessin qu'il convenait de réformer. Mais la commande officielle escomptée ne vint pas, et la faillite fut déclarée l'année suivante.

Commissaire

Thomas Galifot, conservateur au musée d'Orsay

22 avril - 28 août 2011
Musée d'Orsay
Salle 17
Salle 21

Accès avec le billet musée



Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter