Vienne 1900. Klimt, Schiele, Moser, Kokoschka

ARCHIVE
2005

Tableau
Gustav KlimtRosiers sous les arbres© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot
La capitale de l'empire austro-hongrois connaît de fécondes mutations artistiques au tournant du XIXe siècle et jusqu'à la première guerre mondiale.

Klimt, Schiele et Moser disparaissent tous les trois en 1918. C'est notamment durant ces deux décennies que s'opère le passage sans rupture du symbolisme vers l'expressionnisme. Malgré la persistance de genres et de codifications bien établis, émergent de nouvelles esthétiques dans le portrait, le paysage ou encore l'allégorie. Ces nouvelles formes prennent parfois une tournure délibérément décorative. La description naturaliste évolue ainsi vers une recomposition stylisée du réel, qui amène à reconsidérer les points de vue, les principes de composition tout autant que le rôle de la couleur.


Montrer l'originalité de l'activité picturale des principaux acteurs de la Sécession viennoise, mouvement fondé par Klimt et son cercle en 1897, tel est le propos de cette exposition.

Commissariat


Serge Lemoine, Président de l'Etablissement public du musée d'Orsay, assisté de Marie-Amélie zu Salm Salm, historienne d'art.


Exposition réalisée par la Réunion des musées nationaux et le musée d'Orsay, grâce au soutien de LVMH

Publication

Catalogue d'exposition
Klimt, Schiele, Moser, Kokoschka, Vienne 1900
Réunion des musées nationaux
45 €


5 octobre 2005 - 23 janvier 2006

Paris, Galeries nationales du Grand Palais


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter