Saint-Gobain (1665-1937) : une entreprise devant l'Histoire

ARCHIVE
2006

Lithographie
ProvostExposition universelle de 1855, vue de la grande nef du Palais de l'Industrie© Archives Saint-Gobain
Dans le désir de supplanter les productions vénitiennes, Colbert fonde en 1665 la Compagnie des Glaces. Les glaces sont soufflées à Tourlaville et transportées à Paris où elles sont polies. Dès 1672, Colbert interdit l'importation de glaces vénitiennes, ce qui prouve la qualité des productions.

A la fin du XVIIe siècle, la technique du coulage du verre sur table de métal permet la création de glaces allant jusqu'à trois mètres de haut.

Après 1848, s'ouvre "l'âge d'or" de l'industrie des glaces avec les grands chantiers liés aux nouvelles conditions de vie : gares, bibliothèques, galeries, grands magasins... Les années 1920 voient l'arrivée du vitrage de sécurité, des verres automobiles trempés, de ce fameux Triplex qui sauve la vie de Clemenceau en 1919. A partir de 1919 s'opère le renouveau du verre creux, bouteilles et flaconnages, domaine dans lequel Saint-Gobain est le premier producteur mondial.


La richesse des archives de l'entreprise permet de présenter des objets variés : aquarelles, dessins, miroirs, dalles de verre... depuis Versailles jusqu'à l'extraordinaire "maison de verre" et l'éblouissant pavillon Coulon de 1937.

Commissaires


Caroline Mathieu, conservateur en chef au musée d'Orsay
Maurice Hamon, archiviste-paléographe, directeur des relations générales de Saint-Gobain
Didier Bondue, directeur des archives de Saint-Gobain
assistés de Michaël Chkroun

Exposition organisée en collaboration avec Saint-Gobain

Publication

Revue
48/14, La revue du musée d'Orsay N°21, automne 2005
Musée d'Orsay / Réunion des musées nationaux
11 €

7 mars - 4 juin 2006
Musée d'Orsay

niveau médian salles 67, 68 et 69


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter