Les photographies de François-Rupert Carabin

ARCHIVE
1993

photographie
François Rupert-CarabinJeune femme nue© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
L'utilisation de la photographie en vue de remplacer les séances de pose des modèles, préconisée par Eugène Delacroix dès 1854, allait devenir une pratique répandue dans les ateliers de peinture et de sculpture au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.


Plutôt que d'utiliser les catalogues de modèle "d'après nature" proposés par les photographes professionnels, Rupert Carabin (1862-1932) élabora un corpus personnel correspondant à ses recherches artistiques. Il réalisa quelque 600 images - des modèles nus essentiellement - dont il s'inspira pour son oeuvre de sculpteur.

Son répertoire, tel un reportage photographique sur le monde des modèles parisiens, peut se définir comme un vaste corpus d'attitudes sur le mouvement et la danse dans lequel il semble avoir abondamment puisé.


Cette exposition-dossier a proposé un choix de photographies mettant en relief l'originalité de cet artiste. La composition des Trois Grâces témoigne par exemple d'un sens certain du grotesque et de la dérision. Ces photographies, par leur style grinçant, leur réalisme cru et l'esprit inventif de leur auteur apparaissent comme une parodie de l'art.

Commissaires de l'exposition

Françoise Heilbrun, conservateur en chef au musée d'Orsay et Philippe Néagu, conservateur au musée d'Orsay

19 avril - 11 juillet 1993
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion