Masques. De Carpeaux à Picasso

ARCHIVE
2008

Arnold BöcklinBouclier avec le visage de Méduse© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Parce qu'il dévoile en dissimulant, sert le culte comme les plaisirs profanes, le masque est aussi vieux que le monde. A la fin du XIXe siècle, alors que les codes du naturalisme entrent en crise, sa résurgence est massive, inventive et troublante ; elle profite de l'intérêt de l'époque pour la Grèce archaïque, le Japon et le portrait rapproché en photographie.

Tous les arts donc alimentent le renouveau du masque, de la peinture au théâtre d'avant-garde. Ensor, Munch, Vallotton, Böcklin, Klinger, Gauguin ou Picasso, soit quelques-uns des vrais créateurs de l'époque, à travers l'Europe entière, ont attaché leur nom et leur esthétique à cette étrange vogue.

Commissaire

Edouard Papet, conservateur en chef au musée d'Orsay


Exposition également présentée à Darmstadt, Institut Mathildenhöhe, du 8 mars au 7 juin 2009 et à Copenhague, Ny Carlsberg Glypotek, été 2009

Avec le soutien du groupe Matmut

Groupe Matmut

Publication

Catalogue d'exposition
Masques. De Carpeaux à Picasso
Musée d'Orsay / Editions Hazan
49 €

21 octobre 2008 - 1 février 2009
Musée d'Orsay
Salle 68
Salle 69
Salle 70
Avec le soutien de
Groupe Matmut

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter