Degas et le nu

1

2

3

4

5

Edgar DegasFemme nue s'essuyant la nuque© Photo Florian Kleinefenn
Les figures nues sont au coeur de l'oeuvre d'Edgar Degas (1834-1917), de ses débuts dans la première moitié des années 1850 aux dernières années de son activité artistique peu avant la Première guerre mondiale. Davantage même que les danseuses, les chevaux de course, les scènes urbaines ou les portraits qui lui apportèrent la célébrité, le nu est le genre par lequel Degas innove et fait évoluer son style sur près de cinquante ans.

Degas se distingue par un tempérament innovateur qui s'exerce dans un grand nombre de domaines. Les oeuvres de l'exposition ont été choisies parce qu'elles rendent compte de cette variété de techniques dont Degas s'empare, dans sa quête de nouvelles solutions expressives.
Outre le dessin et la peinture, l'artiste aime particulièrement le pastel, qu'il apprécie pour sa rapidité d'exécution et ses possibilités de reprises grâce à l'absence de séchage. Degas est aussi célèbre pour avoir redécouvert le principe du "monotype", estampe sans gravure, qu'il rehausse parfois au pastel. Il s'essaie en outre à la gravure, la lithographie et surtout à la sculpture qui l'occupe davantage à mesure que sa vue baisse à la fin des années 1880.

Edgar DegasFemme au bain© 2011 AGO
Ainsi, cette première exposition monographique consacrée au nu permet de retracer l'intégralité de la carrière de l'artiste, à travers toutes les techniques qu'il a utilisées, depuis sa formation académique jusqu'aux figures schématiques les plus radicales, en passant par les années naturalistes. Degas ne propose plus un nu idéalisé, mais une représentation du corps déshabillé, jusque là inédite.
"Degas et le nu" permet également de replacer le travail de Degas dans son contexte de création, grâce à une sélection d'oeuvres réalisées de son vivant, par des artistes qui l'ont influencé (Ingres, Delacroix), qui ont travaillé concomitamment avec lui (Caillebotte, Renoir) ou qu'il a lui-même inspirés (Matisse, Picasso).
L'ambition de ce parcours est de permettre de comprendre pourquoi Degas occupe une place aussi importante dans l'histoire de l'art du XIXe siècle, en soulignant sa capacité à relier la culture classique de son époque avec les avant-gardes du XXe siècle, grâce à des oeuvres rarement réunies, du fait de leur fragilité et de leur diversité..

Le corps classique : les premiers nus

Edgar DegasJeune fille spartiate© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot
Comme tous les jeunes gens de sa génération qui souhaitent embrasser une carrière artistique, Degas reçoit une formation fondée sur le dessin de figures nues. Considéré comme l'exercice à la fois le plus difficile et le plus instructif, l'"académie" - étude de corps nu - est enseignée dans les ateliers de Barrias (1822-1907) et de Lamothe (1822-1869), héritiers d'Ingres, où Degas fait ses débuts.
Les artistes de l'époque apprennent en effet l'art du nu en copiant la sculpture antique et les maîtres anciens, ou en représentant un modèle vivant lors de séances de pose.

Edgar DegasPetites filles spartiates provoquant des garçons© The National Gallery, London
Au musée du Louvre et au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale tout d'abord, puis au cours d'un long périple italien entre 1856 et 1859 pendant lequel il visite les musées et les monuments les plus remarquables de la Renaissance, Degas se forge une science de la peinture de ses illustres prédécesseurs. Elle accompagnera toutes ses évolutions, y compris les plus avant-gardistes.

Cependant, à travers le passé, Degas cherche moins un modèle à suivre avec fidélité qu'une succession de parti-pris qui lui permettra de se dessiner une voie personnelle. C'est cette synthèse qui explique l'originalité des compositions de Degas, même si ces premiers tableaux relèvent du grand genre historique cher aux académiciens de l'époque.


Ainsi, Petites filles spartiates provoquant des garçons, évoque l'Antiquité mais offre surtout à l'artiste le loisir d'exposer ses recherches sur le corps, si l'on en croit les multiples études réalisées auparavant. La rigueur de son dessin est certes conforme à l'enseignement qu'il a reçu, mais l'attention aux gestes semble tout à fait originale.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter