Gustave Doré (1832-1883). L'imaginaire au pouvoir

1

2

3

4

5

6

7

Gustave Doré Intime et spectaculaire

Gustave DoréEntre ciel et terre© Musée d'Art et d'Histoire, Belfort, France / Giraudon / The Bridgeman Art Library
Gustave Doré, exact contemporain d'Edouard Manet, a subi comme ce dernier le rejet de la critique de son temps. Mais alors que Manet est devenu le héros de la modernité, Doré est resté pour beaucoup le plus illustre des illustrateurs : certaines d'illustrations pour la Bible ou l'Enfer de Dante demeurent des images à jamais gravées dans la mémoire collective.
Connaissant de son vivant puis après sa mort une diffusion sans équivalent en Europe et aux Etats-Unis, il fut l'un des grands passeurs de la culture européenne, autant par l'illustration des grands classiques (Dante, Rabelais, Cervantès, La Fontaine, Milton…) que celle de ses contemporains (Balzac, Gautier, Poe, Coleridge, Tennyson…).
Doré semble n'avoir eu aucune limite créatrice : dessinateur, caricaturiste, illustrateur, aquarelliste, peintre, sculpteur… il s'affirme ainsi comme un artiste protéiforme qui investit les principaux genres et formats de son époque, de la satire à la religion, du croquis aux toiles monumentales.

Il occupe non seulement une place centrale dans la culture visuelle du XIXe siècle, mais encore, marque l'imaginaire du XXe et du début du XXIe, aussi bien pour la bande dessinée, dont il est considéré comme l'un des pères fondateurs, que pour le domaine cinématographique. Comme nul autre artiste de son siècle, Doré donne à voir au filtre de son "oeil visionnaire", toutes techniques confondues, le spectacle foisonnant et habité des mondes poétiques issu de son imaginaire, comme dans une perpétuelle quête de nouvelles frontières.

L'artiste et les saltimbanques

Gustave DoréLes Saltimbanques© Ville de Clermont-Ferrand, musée d'art Roger-Quilliot [MARQ]
Bohémiens, saltimbanques, diseurs de bonne aventure… apparaissent fréquemment dans l'oeuvre graphique, peint et sculpté de Doré. Celui-ci partage avec son contemporain Daumier un intérêt sincère pour le monde forain. Acrobate émérite, il se déguise occasionnellement en Pierrot lors de soirées costumées. Récits biographiques autant que caricatures présentent souvent l'artiste en exhibitionniste.

De toute évidence, Doré lui-même joue de cette image de saltimbanque, qui va le desservir. Son agilité, sa virtuosité, sa "facilité", sa polyvalence seront en effet jugées suspectes dans le monde de l'art des années 1860-1870. A travers l'iconographie des saltimbanques, Doré exprime sans doute le sentiment d'exclusion qu'il éprouve face au monde de la peinture officielle.

1

2

3

4

5

6

7


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter