Max Ernst "Une semaine de bonté" - les collages originaux

1

2

3

4

5

Dessin
Alphonse d'EnneryIllustration de Martyre (Original pour La cour du dragon 7)
Une Genèse en cinq cahiers

Les 184 collages d'Une semaine de bonté ont été créés pendant l'été 1933 lors d'un séjour de Max Ernst à Vigoleno, au nord de l'Italie. L'artiste puise son inspiration dans des gravures sur bois issues de romans populaires illustrés, de journaux de sciences naturelles ou encore de catalogues de vente du XIXe siècle. Découpant minutieusement les motifs qui l'intéressent, il les assemble, portant sa technique de collage à un degré de perfection incomparable. Pour qui n'a pas les illustrations d'origine sous les yeux, il est difficile de pouvoir établir à quels endroits Max Ernst est intervenu.
Au final, chaque collage forme un engrenage donnant naissance à des êtres extraordinaires évoluant dans des décors fascinants, des mondes visionnaires défiant l'entendement et le sens de la réalité.

Dessin
Max ErnstLa cour du dragon 7© Photo Peter Ertl. © ADAGP, Paris 2009
Après La Femme 100 têtes (1929) et Rêve d'une petite fille qui voulut entrer au Carmel (1930), Une semaine de bonté est le troisième roman-collage de Max Ernst. Celui-ci avait à l'origine prévu de le publier en sept cahiers afin d'associer à chaque cahier un jour de la semaine. Le choix du titre renvoie d'ailleurs au sept jours de la Genèse. Mais c'est également une allusion à l'association d'entraide "La semaine de la bonté" fondée en 1927 pour promouvoir l'action sociale. Paris avait été envahi d'affiches de l'organisation sollicitant le concours de chacun. Le titre, comme les éléments constitutifs des collages sont autant d'"emprunts" de Max Ernst.

Dessin
Cahiers de Une semaine de bonté© Photo Jürgen Pech
Les quatre premières livraisons ne rencontrèrent cependant pas le succès escompté. Les trois "jours" restant furent donc rassemblés dans un cinquième et dernier cahier. Les livrets parurent entre avril et décembre 1934, chacun étant relié dans une couleur différente : violet, vert, rouge, bleu et jaune. Dans la version finale, deux oeuvres ont été écartées. L'édition ne compte donc que 182 collages.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter