Manet, inventeur du Moderne

1

2

3

4

5

Tableau
Henri Fantin-LatourHommage à Delacroix© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Puisque modernité il y a

D'une certaine manière, cette exposition est née d'un tableau : L'hommage à Delacroix que Fantin-Latour montra au Salon de 1864, un an après la disparition du maître. On y voit Manet, le grand refusé du Salon de 1863 avec son Déjeuner sur l'herbe, en bonne compagnie, dressé entre Champfleury et Baudelaire : d'un côté l'homme de Courbet, de l'autre, le champion de Delacroix. Manet serait-il alors ce peintre qui conjugua réalisme et romantisme ?

Edouard ManetLe déjeuner sur l'herbe© RMN -Grand Palais(Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
L'hypothèse de Fantin-Latour, séduisante, ne demandait qu'à s'approfondir et à s'étayer. C'est ce que proposent les neuf sections du parcours, en arrachant Manet aux postérités douteuses. On ne peut plus se contenter de présenter Manet comme le père supposé de l'impressionisme ou de la peinture pure, pour ne pas parler de l'abstraction.

Le choc que crée la fulgurance de Manet au début des années 1860, son évolution constante au cours des deux décennies suivantes - de l'hispanisme militant des débuts au naturalisme déviant des dernières toiles -, sa détermination à révolutionner la peinture d'histoire dans l'espace public où elle prend son sens, voilà, sans doute, des perspectives plus ajustées au génie "moderne" de Manet, puisque modernité il y a.

Thomas CouturePortrait d'Amédée Berger© Musées de la Ville de Rouen. Photographie C. Lancien, C. Loisel.

Le choix de Couture

Pour mieux exalter la radicalité de Manet, ses premiers biographes - Zola dès 1867 - l'ont coupé de ses racines. Il était entendu qu'il n'avait rien retenu de ses années de formation (fin 1849-1856) dans l'atelier de Thomas Couture. C'est après avoir échoué au concours d'entrée à l'Ecole Navale que Manet, fils de haut fonctionnaire, intègre l'atelier du peintre des Romains de la décadence (Paris, musée d'Orsay).
Couture n'est alors pas considéré comme un "pompier" parmi d'autres. Il passe plutôt pour l'héritier de Rubens et de Ribera, de Gros et de Géricault, en plus académique...

Edouard ManetLe jeune garçon à l'épée© The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais / image of the MMA
De cet ami de Michelet, la Seconde République a presque fait son peintre officiel. Au moment où Manet le rejoint, Couture s'échine à boucler une grande page patriotique, L'Enrôlement des volontaires de 1792 (vers 1848, Beauvais, musée départemental de l'Oise), qu'électrise une verve réaliste plus présente dans les études préparatoires.
Manet s'est montré aussi sensible à la franchise synthétique du portraitiste qu'à la sentimentalité de ses figures d'adolescents rêveurs ou rebelles. Mais ses copies d'après Delacroix et son Enfant à l'épée (1861, New York, Metropolitan Museum of Art), tourné vers l'Espagne de Velázquez, laissent deviner d'autres appétits.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter