Picasso / Manet : Le déjeuner sur l'herbe

1

2

3

4

1954 : copie/interprétation/variation.

Pablo PicassoEtude d'après "Le déjeuner sur l'herbe" de Manet : buste des 4 personnages, 26-29 juin 1954© Succession Picasso 2008 - RMN-Grand Palais / Béatrice Hatala
Annoncée en 1932, il faudra attendre vingt-quatre ans avant que la confrontation ne débute. En 1954, Picasso ouvre un carnet sur la couverture duquel il écrit : "PREMIERS dessins/du déjeuner sur l'herbe/1954". L'artiste y réalise quatre dessins autour du Déjeuner, trois sont datés 26 juin 1954. Le dernier porte la date du 29.


Le premier dessin saisit la composition entière du Déjeuner. Tout y est, le paysage, la nature morte et bien sûr, les quatre personnages : la baigneuse, l'homme à gauche qui tend le bras (le beau-frère de Manet, Ferdinand Leenhoff), la femme nue (Victorine Meurent, le modèle de prédilection du peintre) et le second homme assis derrière elle (l'un des frères de Manet, Eugène ou Gustave).
Dans la deuxième étude datée du 26 juin, Picasso se concentre sur la position des quatre personnages. Pour la troisième, il cadre les visages de Victorine et Ferdinand.
Enfin, l'étude du 29 juin opère un retour fidèle, naturaliste et même affectueux, sur les quatre protagonistes.


Picasso s'empare de l'oeuvre de Manet, de sa mise en place, de ses acteurs, de leur relation qu'il a déjà fait évoluer. Il copie et interprète en même temps, s'écartant instantanément de la façon dont il a travaillé sur Delacroix et ses Femmes d'Alger en 1954 ou sur Vélasquez et ses Ménines en 1957. Dès cette mise en bouche, il modifie la composition, prend les commandes, un peu comme Manet avait fait lui-même avec les deux oeuvres dont il s'est inspiré. La question de la copie et de l'emprunt est d'actualité, tant pour Picasso, que pour Manet.


Jusqu'en août 1959, en plusieurs épisodes, Picasso explore à nouveau le tableau de Manet. Aucune douleur autour de ces multiples compositions : de la joie, de l'amusement, de l'ironie, du cabotinage parfois. La peintre a encore besoin de temps pour dominer "l'angoisse" Manet.


1960 : sujet

Au cours du mois d'août 1959, Picasso retrouve Le déjeuner sur l'herbe, autour duquel il exécute six dessins.
Le 27 février 1960, il livre sa première version peinte du Déjeuner. Le paysage s'éclaircit, la baigneuse du fond s'immisce entre les deux hommes. Victorine Meurent enfle comme un ballon. Son voisin s'amenuise.
Deux jours et deux tableaux plus tard, le paysage est réduit au sommet d'une vague colline où sont plantés deux arbres. Ferdinand, le "Causeur", comme le baptise Douglas Cooper (Picasso. Les Déjeuners, 1962), pérore toujours devant une Victorine qui a perdu sa rondeur. Son voisin fume désormais la pipe.


Pablo PicassoLe déjeuner sur l'herbe d'après Manet, 3 mars-20 août 1960© Succession picasso 2008 - RMN-Grand Palais (Musée Picasso) / Jean-Gilles Berizzi
Au début de mars, Picasso met en chantier deux compositions radicalement différentes. La première introduit la couleur, tandis que la seconde toile renoue avec le style "cloisonné" développé par l'artiste à la fin de la guerre. Le tableau est sévère, vert et noir. Les personnages s'isolent et Picasso clôt cette première salve sur une composition totalement restructurée, comme si, après avoir décortiqué l'oeuvre pendant plusieurs semaines, il lui avait redonné un nouvel ordonnancement plus solide.


Picasso revoit la place de chacun des protagonistes. Victorine et le "Causeur" sont les piliers de l'oeuvre. Les deux autres, plus anecdotiques, changent de rôle. Ils s'effacent ou s'imposent selon les versions. La Victorine de Picasso n'est plus la baigneuse indécente de Manet. Elle ne regarde plus le spectateur mais dialogue silencieusement avec le personnage qui lui fait face. Une nouvelle scène se met en place, qui s'apparente au thème central des dernières années de l'oeuvre de Picasso : le dialogue entre le peintre et le modèle, le peintre et la peinture.

1

2

3

4


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter