Degas et le nu

1

2

3

4

5

Le corps ausculté : les nus naturalistes de Degas

Edgar DegasFemme dans son bain s'épongeant la jambe© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
A la fin des années 1870 et au début des années 1880, l'intérêt de Degas semble se porter davantage sur la représentation de femmes nues saisies dans une activité quotidienne, comme la toilette ou la coiffure, ou encore un moment de repos après le bain. La représentation répétée de ces activités, par opposition au travail du nu classique se rapportant à l'Antiquité, devient alors déterminante dans la démarche de Degas.
Comme pour les maisons closes, Degas utilise abondamment le monotype dont il augmente sensiblement les formats. Sur une plaque intégralement couverte d'encre, il enlève la matière à l'aide d'une brosse, d'une pointe, voire de ses doigts, aboutissant à des oeuvres à fond sombre qui rappellent les estampes des maîtres hollandais du XVIIe siècle, redécouvertes à l'époque.
Gustave CaillebotteHomme au bain© 2012 Museum of Fine Arts, Boston
Il se dégage de ses monotypes à fond sombre une sensualité à la fois ambiguë et naturelle. Avec certains monotypes. Degas réalise une seconde impression de l'image, plus pâle, qu'il rehausse au pastel pour varier les effets comme dans Femme dans son bain s'épongeant la jambe.

C'est également à cette époque, après avoir réalisé plusieurs gravures, telle La Sortie du bain, qu'il espérait présenter à la 4e exposition impressionniste de 1879 sans le faire en définitive, que Degas entreprend une oeuvre de grand format qui pourrait lui apporter une notoriété nouvelle parmi les critiques et les amateurs, à l'heure où le groupe impressionniste connaît des divergences croissantes.
Il laisse pourtant Femme nue s'essuyant [Femme au tub] inachevé. Il conseille son ami Gervex dans une toile tout aussi importante, Rolla, dont l'ambition fait écho à l'Homme au bain de Caillebotte, quasiment de grandeur nature, réalisé en 1884.

Le corps exposé : les nus de Degas dans les années 1880

Edgar DegasLe tub© Musée d'Orsay, dist. RMN-GP / Patrice Schmidt
La dernière exposition impressionniste, en 1886, représente un tournant dans La carrière de Degas. L'artiste y présente des oeuvres nouvelles dont une "suite de nus de femmes se baignant, se lavant, se séchant, s'essuyant, se peignant ou se faisant peigner", à laquelle appartiennent Le Tub et Femme s'habillant. Ces deux oeuvres, présentes dans l'exposition, sont montrées ensemble pour la première fois depuis 1886.
Dans cette série, Degas exploite pleinement les capacités expressives du pastel, utilisé pur, dans le rendu naturaliste du corps. La juxtaposition d'innombrables traits de couleur donne vie aux chairs. Les corps, observés dans cette lumière artificielle des cabinets de toilette, fascinent les défenseurs de l'esthétique naturaliste. Huysmans admire "la suprême beauté des chairs bleuies ou rosées par l'eau, [...] ta chair déshabillée, réelle, vive" tandis que Geffroy loue l'audace des "allures de batracien" des baigneuses.

Edgar DegasFemme s'habillant© Courtesy of the Board of Trustees, National Gallery of Art, Washington
Malgré la banalité des modèles et le prosaïsme des gestes du bain, Degas réussit, dans une synthèse avec les formes classiques de ses prédécesseurs, à donner à ses baigneuses une majesté et à "dégager [...] d'une forme la pure essence", comme le remarque Mirbeau. Ces oeuvres impressionnent également le public et les autres artistes, tel Gauguin, qui croque dans son carnet les poses des baigneuses, lorsque les oeuvres sont exposées à la galerie Boussod et Valadon, en 1888.

Parallèlement aux femmes à leur toilette, les danseuses restent un sujet favori pour Degas qui semble captivé par le rendu de leurs mouvements, qu'elles soient sur scène, à l'exercice ou en coulisses. Conformément à sa tradition classique il les étudie préalablement nues, notamment en sculpture. Les exemplaires présentés dans les salles sont pour moitié des cires originales retrouvées dans l'atelier de Degas après sa mort, pour moitié des bronzes posthumes fondus d'après les cires originales.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter