Max Ernst "Une semaine de bonté" - les collages originaux

1

2

3

4

5



Dessin
Max ErnstLa cour du dragon 4© ADAGP, Paris © Photo Peter Ertl.
Troisième cahier
Mardi
Elément : Le feu
Exemple : La cour du dragon


L'histoire commence dans "La cour du dragon" à Paris, et se poursuit dans la grande bourgeoisie. Les dragons et serpents côtoient les êtres humains, eux-mêmes pourvus d'ailes de dragon ou de chauve-souris, voire aussi d'ailes d'ange.
Le feu des passions, élément à l'opposé de la force naturelle de l'eau, conduit à des tragédies symbolisées par les attributs ou animaux plongés dans cet enfer bourgeois. Les motifs surréels qui apparaissent sur les murs et les panneaux de porte expriment les rêves, les peurs et les désirs cachés de la bourgeoisie.

Dessin
Max ErnstOedipe 21© ADAGP, Paris © Photo Peter Ertl.
Quatrième cahier
Mercredi
Elément : Le sang
Exemple : Oedipe

Le personnage mythique d'Oedipe est ici représenté avec une tête d'oiseau. Les collages narrent son histoire, notamment l'assassinat du père et l'énigme du sphinx. Le plus célèbre d'entre eux est dédié à la blessure aux pieds que lui avait infligée ses parents pour être sûrs de ne pas le voir revenir après qu'il eut été abandonné. Recueilli et adopté par Polybe, le roi de Corinthe, le jeune enfant reçoit le nom d'Oedipous signifiant "pied enflé" en grec ancien.
Chez Ernst, la scène de la blessure, fruit d'une transposition surréaliste, représente l'homme-oiseau transperçant le pied d'une femme nue avec un poignard.



Dessin
Max ErnstL'île de Pâques 2© ADAGP, Paris © Photo Peter Ertl.
Dernier cahier
Jeudi
Elément : Le noir
Premier exemple : Le rire du coq
"Ceux d'entre eux qui sont gais tournent parfois leur derrière vers le ciel et jettent leurs excréments à la figure des autres hommes ; puis ils se frappent légèrement le ventre." Marcel Schwob (L'Anarchie).

"Le rire est probablement destiné à disparaître." Marcel Schwob (Le Rire).

Autre exemple : L'île de Pâques
"Les pierres sont remplies d'entrailles. Bravo. Bravo." Arp

Une fois encore, Max Ernst se sert d'emblèmes pour représenter les différentes formes de pouvoir.
Dans la première suite, le coq gaulois symbolise l'Etat français. Dans la deuxième, les têtes des personnages cruels, que l'on a pu voir jusqu'à présent, se transforment en idoles de pierre de l'île de Pâques.

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter