Crime et châtiment

1

2

3

4

5

Walter SickertWhat shall we do for the rent ?© DR

Artistes, fous et criminels


Cesare Lombroso, dans Génie et folie, publié en 1877, signale "la ressemblance de l'inspiration avec l'accès épileptique".

C'est ainsi que Patricia Cornwell a voulu faire de Walter Sickert, qui a peint à plusieurs reprises des prostituées dans leur chambre du quartier de Camden Town à Londres, le terrible meurtrier Jack the Ripper.
L'assassin et l'artiste répondent à des aspirations qui échappent aux communs des mortels.

René MagritteL'assassin menacé© ADAGP, Paris © Digital Image, the MOMA, New York/Scala, Florence

Cadavres exquis


Avec d'autres modèles, d'autres moyens, le surréalisme montre la même fascination pour le crime et pour le criminel que le romantisme. Violette Nozières et les soeurs Papin sont des héroïnes, les cadavres sont exquis, les corps sont disloqués, égorgés, décapités…

Tout ce qui relève de l'ordre est rejeté et André Breton déclare : "L'acte surréaliste le plus simple consiste à descendre dans la rue, revolvers aux poings, et à tirer tant qu'on peut au hasard dans la foule". 

1

2

3

4

5


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter