Musée d'Orsay: Avant le cinéma : photographie et mouvement

Avant le cinéma : photographie et mouvement

photographie
Edward MuybridgePerroquet volant© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Béatrice Hatala
A l'occasion du centenaire du cinématographe, le musée d'Orsay a retracé le parcours de près d'un demi-siècle d'histoire de la photographie, confrontée à l'énigme de ce mouvement "qui déplace les lignes", pour reprendre l'expression du poète Charles Baudelaire.


L'histoire de la photographie est liée à la réduction progressive du temps de pose. Dans les années 1840, le mouvement n'est pas et ne peut être représenté pour lui-même. Or, l'avènement du procédé négatif sur verre au collodion, en 1851, introduit la notion d'instantané, le temps de pose étant considérablement réduit. Ainsi, surgissent des représentations de mouvement. Vers 1878, l'utilisation du gélatino-bromure d'argent inaugure l'ère de l'instantané.


Les premières décennies de la photographie expriment donc, avec intensité, cette passion du mouvement qui anime le XIXe siècle, depuis les prises de vue suggestives d'un Louis Robert ou d'un Charles Nègre, réalisées au début des années 1850, jusqu'à la pratique de l'instantané telle qu'on la rencontre, à partir de 1889, chez Henri Rivière et Pierre Bonnard.

Commissaire

Françoise Heilbrun, conservateur en chef au musée d'Orsay

19 septembre 1995 - 7 janvier 1996
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter