Dessins de voyage : relevés et restitutions d'architecture

dessin
Victor Ruprich-RobertCathédrale de Sée, façade principale© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Christian Jean
L'étude des civilisations anciennes et des siècles passés a sans cesse enrichi le vocabulaire des architectes. A pied, en carriole ou le plus souvent à cheval, crayon et carnet à la main, ils ont parcouru le monde en quête de monuments célèbres ou méconnus. Qu'il s'agisse de Viollet-le-Duc, voyageur solitaire qui n'a jamais voulu entrer à l'école des Beaux-arts, ou d'un architecte reconnu comme Jacques-Ignace Hittorff - le premier à découvrir, en 1820, la polychromie des temples grecques - tous arpentent les sites qu'ils dessinent, s'attachant à l'architecture comme au détail décoratif.


L'Italie les fascine. L'Italie antique d'abord, dont ils relèvent les bâtiments dans leur état, ou en leur restituant leur splendeur d'origine. Hittorff, par exemple, retrouve en participant à des fouilles en Sicile, toute la couleur et la puissance du temple de Sélinonte. L'Italie médiévale et de la Renaissance ensuite, qui conserve sa jeunesse, sa vivacité et sa force plastique à travers de nombreux dessins.


En France, Victor Ruprich-Robert parcourt le pays pour en étudier les richesses artistiques. Avant de restaurer la cathédrale de Sées (Orne), il en relève soigneusement les détails ornementaux. L'attention particulière qu'il portait au décor floral sera à l'origine d'un ouvrage au retentissement mondial, consacré à la Flore Ornementale (1866).

Commissaire de l'exposition

Caroline Mathieu, conservateur au musée d'Orsay

25 octobre 1990 - 13 janvier 1991
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter