Musée d'Orsay: La sculpture ethnographique

La sculpture ethnographique

sculpture
Herbert WardIndigène Aruimi : souvenir de voyage de l'expédition Stanley© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR
La "sculpture ethnographique" fait "entrer l'art dans un champ nouveau, dans le domaine de la science et par conséquent de l'idée (...) elle montre le beau sous tous ses aspects et sous tous ses climats", écrit Gérard de Rialle en 1863.

La seconde moitié du XIXe siècle voit s'élargir les champs d'investigation, au-delà de l'Extrême-Orient vers les continents dits "sauvages". Les voyages d'exploration eurent pour conséquence un intérêt accru pour l'étude des peuples et des civilisations lointaines, mêlant curiosité scientifique et artistique.


La Vénus Hottentote (plâtre peint, 1815), sans doute l'exemple le plus célèbre, fut la gloire de la collection du Museum d'Histoire Naturelle. En dehors de ces moulages exécutés à Paris sur des sujets "exotiques", ce que firent des sculpteurs comme Dantan, Préault, Carpeaux et Bartholdi, la plupart des oeuvres furent façonnées à l'occasion d'expéditions en utilisant toutes les techniques propres à la sculpture. Sous le Second Empire, Charles Cordier obtint plusieurs missions en Afrique du Nord et y réalisa des bustes "scientifiques", qui constituèrent le fonds de la Galerie anthropologique du Museum.


L'Afrique de fantaisie, teintée de pittoresque des sculpteurs orientalisants, laissa libre place aux sculpteurs-ethnographes désireux d'aller "sur le terrain". Ce fut le cas de l'anglais Herbert Ward (1863-1919) qui se passionna pour l'Océanie avant de se lancer dans la peinture. L'Océanie sollicitera également l'intérêt des artistes, tel Paul Gauguin dont l'attrait pour l'"inconnu" guide ses recherches personnelles. En l'espace d'un siècle, l'ethnographie passait de la science à l'art, de l'imitation à la création.

Commissaires de l'exposition

Antoinette Le Normand-Romain, conservateur en chef au musée d'Orsay, Anne Roquebert, conservateur au laboratoire de recherche des Musées de France, Janine Durand-Révillon, assistante du directeur du musée Rodin et Dominique Serena, conservateur au Museon Arlaten à Arles

Publication

Catalogue d'exposition
53 La scupture ethnographique
Réunion des musées nationaux

16 mars - 12 juin 1994
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion