Le Douanier Rousseau. L'innocence archaïque.

Henri RousseauLe rêve© 2016. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence
Peintre éminemment singulier, Henri Rousseau est un cas unique dans l'histoire de l'art européen. Son oeuvre s'inscrit pourtant dans son temps, au tournant du XXe siècle : en confrontant sa peinture à quelques-unes de ses sources d'inspiration, qui comptent l'académisme comme la nouvelle peinture, et aux oeuvres des artistes d'avant-garde l'ayant intronisé comme père de la modernité, Le Douanier Rousseau. L'innocence archaïque se veut une mise en lumière critique de son art autour d'une réflexion sur la notion d'archaïsme.
L'archaïsme est ainsi le fil conducteur entre les oeuvres de cette exposition, présentée une première fois au Palazzo Ducale de Venise en 2015, avant de rejoindre les salles du musée d'Orsay au printemps.

Les chefs-d'oeuvre d'Henri Rousseau des collections des musées d'Orsay et de l'Orangerie (de La Charmeuse de Serpents à La Noce) sont confrontés aux toiles prêtées par les plus prestigieuses institutions internationales. Des oeuvres de Seurat, Delaunay, Kandinsky ou Picasso mais aussi d'artistes méconnus permettent d'évoquer la richesse des liens qui se tissent autour du Douanier Rousseau, creuset d'une voie originale dans l'exploration de la modernité.


Commissariat général

Guy Cogeval, président des musées d'Orsay et de l'Orangerie
Gabriella Belli, directrice de la Fondazione Musei Civici di Venezia

Commissariat

Beatrice Avanzi et Claire Bernardi, conservateurs au musée d'Orsay
Exposition également présentée à Prague, Narodni Galerie, du 16 septembre 2016 au 15 janvier 2017.

Publications

Production

Avec le généreux soutien de Ponticelli, ING, CCR, Roland Berger et Seydoux & Associés Fine Art



Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter