Le Japonais d'Opéra

L'Opéra se mettra à l'heure du japonisme avec quelques années de retard, mêlant l'approximation nécessaire à la scène et une étude parfois maniaque de la réalité ethnographique.

L'oeuvre la plus célèbre reste, bien sûr, Madame Butterfly de Giacomo Puccini, créée à la Scala de Milan en 1904 et à l'Opéra-comique en 1906. Pourtant, d'autres essais l'avaient précédée sur la scène française, telle Madame Chrysanthème, comédie lyrique d'André Messager au Théâtre Lyrique en 1893.

Le Japon règne aussi sur le ballet : Yedda sera créé au Palais Garnier en 1879.

Pour ce ballet, le costumier Eugène Lacoste s'inspire des accessoires exposés au Champs de Mars l'année précédente. Les costumes témoignent d'un joyeux mélange de pure fantaisie et de respect de la tradition. La présentation scénique semble d'ailleurs le seul élément japonisant de ce ballet, dont l'argument avait été écrit par deux journalistes, Philippe Gille et Arnold Mortier, et la musique par un célèbre compositeur de valses, Olivier Métra.

Commissaire de l'exposition

Martine Kahane

21 juin - 18 septembre 1988
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter