Musée d'Orsay: Le temps des synagogues en France, 1791-1914

Le temps des synagogues en France, 1791-1914

tableau
Ismaël GentzIntérieur d'une synagogue à Tripoli© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean-Gilles Berizzi
Le judaïsme français a vécu au cours du XIXe siècle un temps de splendeur, qui vit symboliquement s'élever des synagogues monumentales, véritables temples attestant un nouvel âge de la spiritualité et de la culture juives. Il y a un peu plus de deux cents ans, le 27 septembre 1791, les Révolutionnaires proclamaient l'émancipation des Juifs de France. Une période de confrontation entre la tradition et les exigences de la modernité commence alors: la synagogue n'est plus interdite, mais devient le Temple reconstruit d'une communauté qui s'intègre.


La synagogue est alors à réinventer. Devenue une institution et un monument officiel, elle n'en demeure pas moins le refuge de la culture juive, pour laquelle tout autre type d'expression est presque impossible. Les recherches des architectes oscillent entre l'expression d'un désir d'intégration et le souci d'affirmer une identité. Le modèle qui traduisait l'emprunt à d'autres cultures et la persistance d'une conscience juive, perdurera jusqu'en 1914, date d'inauguration de la célèbre synagogue d'Hector Guimard ; il sera abandonné pour un retour à la tradition et à une esthétique plus fonctionnelle.

Fragment essentiel d'une mémoire juive nationale, ces monuments n'avaient jamais été étudiés dans leur ensemble. Aussi, cette exposition-dossier a présenté une centaine d'édifices et de projets, allant des synagogues monumentales aux modestes constructions rurales, de style varié. A travers la présentation de ces oeuvres et de ces objets, cette rétrospective a permis au public de comprendre ce qu'est la synagogue - sa fonction spirituelle et symbolique -, tout en le faisant pénétrer au coeur de cet espace, parfois mystérieux.


Cette exposition a bénéficié du soutien de la Fondation du Judaïsme Français et du Consistoire National

Commissaires de l'exposition

Dominique Jarrasse, Université de Bordeaux et Marie-Laure Crosnier-Leconte, chargée d'études documentaires au musée d'Orsay.

26 février - 26 mai 1991
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion