Musée d'Orsay: Âmes sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes

Âmes sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes

1

2

3

4

Cela fait cent ans que l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie ont acquis leur indépendance, à l'heure où l'Empire russe vacillait. Ce n'est sans doute pas un hasard si le mouvement symboliste qui s'imposait à cette époque dans les trois pays puisait dans l'histoire et les traditions locales, comme pour sublimer l'identité balte au travers d'un art éloquent et poétique, qui reste en grande partie méconnu.

Introduction
L'Estonie et la Livonie, qui englobait une partie de la Lettonie, étaient placées dès le Moyen Âge dans la sphère d'influence germanique, à laquelle l'Etat lituanien, plus structuré, préférait une complicité avec la Pologne.
La chute de l'ordre Teutonique, en 1561, laissa justement le champ libre à la Pologne et à la Suède pour affirmer leur autorité dans la région mais, au XVIIIe siècle, c'est l'Empire russe qui prit l'ascendant sur les trois pays baltes.

Alors que l'attention du pouvoir tsariste aux élites d'origine étrangère favorisa un climat de relative prospérité parmi les populations estoniennes et lettones, la Lituanie exprima d'emblée une certaine réserve à l'égard de Saint-Pétersbourg qui l'amplifia lors du soulèvement sévèrement réprimé au début des années 1830.
La censure des intellectuels et de l'Eglise exacerba la fidélité aux anciennes traditions, ce qui prit plus de temps dans les deux autres pays, où l'on chercha tout d'abord à préserver les influences germaniques historiques.

Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que se structure un sentiment d'identité nationale. Ce fut d'ailleurs à cette époque qu'on parla pour la première fois de la Lettonie, en écho aux désirs de reconnaissance de l'Estonie et de la Livonie.

Carte des pays baltes© photo : Musée d'Orsay / Sophie Boegly-Crépy

1

2

3

4


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion