Affinités japonaises, vers le décor moderne

tableau
Paul SérusierFemmes à la source© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
L'exposition, qui s'inscrit dans le programme de la première année d'ouverture du Louvre Abu Dhabi, est organisée, à partir de collections du musée d'Orsay, complétées par quelques prêts du musée Guimet et du Louvre Abu Dhabi. Elle présente des peintures décoratives exécutées par les Nabis et par Odilon Redon à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Ces oeuvres sont montrées en regard d'estampes et de paravents japonais.

Le parcours organisé en quatre sections repose sur les principes esthétiques qui constituent les points d'impact d'un dialogue entre Orient et Occident à la fin du XIXe siècle. Les Nabis et Odilon Redon s'intéressèrent dès 1890 à l'art japonais dont ils assimilèrent les leçons en adoptant une expression elliptique et suggestive, une vision mobile du monde, une tension entre le plein et le vide. Le voisinage de leurs peintures avec des estampes japonaises et des paravents permet de montrer comment cette symbiose provoqua un basculement de la peinture vers la modernité par l'abolition de l'illusionnisme, le primat du décoratif, la fragmentation de l'espace, la fascination pour le fantastique.

Les Nabis ont été qualifiés de peintres "idéistes" en raison du caractère intellectuel, onirique et spirituel de leurs oeuvres. Leurs peintures décoratives s'écartent de la représentation de la réalité pour figurer un monde poétique et imaginaire. Très proche des Nabis, Odilon Redon apparaît comme l'artiste qui réalisa le mieux la synthèse entre le génie occidental et le génie oriental dans une hybridation harmonieuse.

Commissaire

Isabelle Cahn, conservateur en chef des peintures au musée d’Orsay

6 septembre - 24 novembre 2018

Louvre Abu-Dhabi

Dates sous réserve de modification


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion