La lettre Art nouveau en France

Enseigne
Hector GuimardEnseigne du Castel Henriette© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR
L'ampleur du développement, dans la seconde moitié du XIXe siècle, des diverses branches de l'imprimerie et le rôle grandissant joué par la publicité, suscitent de nouvelles exigences: arrêter le regard, maintenir l'attention, séduire l'oeil. A la recherche de moyens d'action appropriés - dont le plus percutant est l'affiche - correspond, entre les deux siècles, une recherche stylistique au sein de laquelle le graphisme des caractères compte autant que l'image elle-même.


Peintres et dessinateurs - Théophile Steinlen, Eugène Grasset, Pierre Bonnard, Toulouse-Lautrec, Alphonse Mucha - conçoivent eux-mêmes les lettres de leurs affiches. Les éditeurs de musique et de revues confient à de jeunes talents le soin de composer leurs couvertures ; les industriels et commerçants leur demandent d'imaginer d'agréables encarts publicitaires. Par ailleurs, des créateurs tels que Gallé et Guimard inventent des écritures personnalisées qui, fixées dans la matière, font de la lettre un élément à part entière de l'oeuvre d'art.


Cette recherche de formules nouvelles gagne la profession des fondeurs. Ainsi, à partir de 1895, Georges Peignot commence à travailler avec Eugène Grasset à l'élaboration d'un "labeur" qui sera utilisé pour la première fois en 1898.

Encouragé par le succès du Grasset, Peignot lance en 1901 l'Auriol, puis en 1911, le Bellery-Desfontaines. De son côté, la maison Deberny demande à un autre décorateur fort apprécié de son temps, Adolphe Giraldon, un caractère qui servira à l'imprimerie à partir de 1906. Souvent colorés et associés à des vignettes d'origine végétale, notamment dans les travaux publicitaires et urbains, ces caractères contribuent à l'élaboration d'un style, l'Art nouveau, à sa diffusion, mais aussi à son rejet.

Commissaire de l'exposition

Philippe Thiébaut, conservateur en chef au musée d'Orsay

Publication

Catalogue d'exposition
55 La lettre Art nouveau en France
Thiébaut Philippe
Réunion des musées nationaux

27 février - 21 mai 1995
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion