Maison d'artiste, maison-musée - L'exemple de Gustave Moreau

Tableau
Gustave MoreauLe poète voyageur© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean Schormans
Les musées encyclopédiques caractérisent le XIXe siècle ; les musées "monographiques", organisés et consacrés à une figure d'artiste, en constituent l'exception. Le sculpteur néo-classique Thorvaldsen à Copenhague ou le peintre Antoine Wiertz à Bruxelles, précèdent Gustave Moreau dans leur volonté de créer un musée pour leur oeuvre. Gustave Moreau (1826-1898) reste un cas exemplaire en construisant à ses frais, autour de sa maison de famille, en 1895, les grands ateliers destinés au musée.


Pour que les générations futures puissent "constater la somme de travail et d'
efforts de l'artiste pendant sa vie", il classe absolument tout, agrandit certaines oeuvres anciennes et en conçoit d'autres, de grand format, qui soient dignes d'un musée. Il sentit l'impérieuse nécessité de créer son propre musée, préférable à la dispersion de son oeuvre à l'occasion d'une grande vente posthume, qui était une pratique courante à l'époque.

Les visiteurs peuvent ainsi contempler plus de six mille peintures, cartons, aquarelles et dessins, présentés sur les murs et dans des présentoirs mobiles.

Commissaire de l'exposition

Geneviève Lacambre, conservateur en chef du musée d'Orsay, chargée du musée Gustave Moreau

25 mai - 30 août 1987
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion