Musique et cinéma muet

Couverture
L'exposition-dossier permet de faire revivre la magie perdue des trente premières années du cinéma muet, et de montrer le rôle capital joué par la musique dans l'aventure de cette nouvelle forme d'art. L'expérience se révéla totalement originale, à une époque où l'association d'images animées, de pantomimes et de musique n'était pas sans évoquer une certaine parenté avec la danse et le théâtre. Avec l'arrivée du parlant, cet art devait disparaître progressivement et tomber dans l'oubli.


L'histoire montre qu'aucun spectacle n'était totalement muet. Les maquettes de théâtre que l'on a conservées le prouvent : elles montrent toujours l'existence d'un orchestre, au moins d'un piano. Les séances des frères Lumière sont accompagnées par un pianiste compositeur, M. Marval, sur un piano Gaveau. Peu après, en 1904, Georges Méliès offre aux exploitants une partition adaptée de Gounod pour son film, Faust et Margueritte. En 1908, Camille Saint-Saëns compose une musique dramatique synchrone pour le film d'art l'Assassinat du duc de Guise. Une section de l'exposition-dossier lui est consacrée ; cette oeuvre représente l'une des tentatives les plus abouties d'association entre l'image et la musique.


A mesure que le film découvre sa fonction, celle du mode narratif et dramatique, la musique se fait de plus en plus indispensable. Elle renforce l'attention du spectateur et dynamise le rythme des images. Dans les premières années du cinéma, de nombreux efforts sont réalisés pour synchroniser musique mécanique et musique enregistrée avec l'image cinématographique. Le biophonographe, le chronophone Gaumont et les machines à bruit en témoignent.


Après ces balbutiements, le temps est venu où les compositeurs de renom acceptent de créer des partitions symphoniques, qui vont accompagner de prestigieux films muets dans les grandes salles de cinéma.


Portraits, objets, appareils, affiches et partitions retracent cette expérience audiovisuelle unique, que l'on appelle aujourd'hui de manière trompeuse, cinéma muet.

Commissaire de l'exposition

David Robinson, écrivain, journaliste et historien du cinéma

Publication

Catalogue d'exposition
56 Musique et cinéma muet
Robinson David
Réunion des musées nationaux

19 septembre 1995 - 7 janvier 1996
Musée d'Orsay

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion