Charles Gleyre (1806-1874). Le romantique repenti

Gleyre, un nom bien oublié en France. Pourtant ce peintre suisse auquel le musée d'Orsay offre sa première exposition monographique en France, occupe une place majeure dans le Paris du milieu du XIXe siècle. Maître de Gérôme mais aussi de Whistler, Monet, Bazille, Renoir, Sisley, son académisme à la facture lisse, à l'apparence conventionnelle, recèle maints antagonismes.

Exposition au musée d'Orsay
10 mai - 11 septembre 2016

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter