Autour de l'exposition Crime et châtiment

Tableau
Le 30 septembre 1981, le garde des Sceaux et ministre de la Justice Robert Badinter obtenait l'abolition en France de la peine de mort. Deux siècles de débats avaient été nécessaires. Deux siècles au cours desquels la figure du criminel a nourri la création littéraire et artistique. Les peintres, au XIXème siècle, ont représenté le crime ou la peine capitale dans des oeuvres saisissantes. Daumier et Degas, habitués des prétoires, aimaient à déchiffrer les visages des prévenus. Les oeuvres du jeune Cézanne puis de Munch sont marquées par une esthétique de la violence. La sélection d'oeuvres dans l'exposition permettra d'aborder, en famille, les questions éthiques, esthétiques et morales que nos sociétés ne cessent de soulever, depuis des décennies, à propos du crime et de son châtiment.

Musée d'Orsay
Comptoirs d'accueil

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter