Ferdinand Hodler

Après Böklin et avant Vallotton, Ferdinand Hodler incarne le renouveau de la peinture suisse en son versant symboliste. La rapide réputation de ses grands tableaux, à portée philosophique ou à visée vitaliste, franchit très tôt les frontières de son pays. Membre des Sécessions de Vienne, Berlin et Munich, il connaît à Paris un vrai triomphe lors de la venue, en 1891, de son tableau manifeste, La Nuit (Berne, Kunstmuseum), interdit d'exposition pour obscénité par la ville de Genève. Décorateur inspiré, Hodler est aussi un portraitiste sans concession et un paysagiste hors pair.

du 20 novembre au 26 janvier
mardi, mercredi, vendredi, samedi à 11h30
jeudi à 19h
(sauf les 25 décembre et 1er janvier)
Musée d'Orsay
Comptoirs d'accueil

Tarifs et réservation


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion