Home, sweet home

Vivre entouré de beau : si l'esthétisme anglais des années 1870-1880 qualifie un penchant certain pour la beauté des corps, le terme s'applique également aux intérieurs des maisons. La nécessité du beau jusque dans la vie quotidienne est une prise de conscience nouvelle pour la plupart des architectes, des décorateurs d'intérieurs, des designers qui souscrivent à cette philosophie et l'appliquent à leurs réalisations. Jusqu'alors envahies de mobilier banal, prétentieux ou criard, les propriétés bourgeoises sont ainsi transformées en demeures d'esthètes, aux lignes épurées, aux formes géométriques et aux couleurs harmonieuses. La "Belle Maison" devient un critère de distinction à tous les niveaux de l'échelle sociale. Après s'être consacrés à décorer les demeures d'une clientèle aisée, architectes et créateurs d'avant garde se sont ensuite attachés à renouveler aussi celles de la classe moyenne. Par son exigence d'élégance formelle, par le raffinement des matériaux employés et l'éclectisme des objets, la "Belle Maison" vise un idéal élevé de beauté qui engendre une révolution dans les domaines de l'architecture et de la décoration d'intérieur encore sensible aujourd'hui. Habiter bien, c'est habiter beau: tel sera le crédo de cette visite en famille.

Musée d'Orsay
Comptoirs d'accueil

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion