Les maisons closes vues par Edgar Degas et Toulouse-Lautrec

Les deux artistes explorent avec un oeil scrutateur et impitoyable les faces obscures d'un univers que la morale réprouve. Lautrec est plus enclin à comprendre ces femmes en marge dont il partage le quotidien (il possède une chambre à demeure dans un bordel de la rue des Moulins). Degas, lui, livre une vision de femmes esclaves. Même si leur point de vue diverge, ce qui les réunit c'est ce trait précis, efficace, tel un scalpel qui met à nu une vérité sordide.

  • du 23 mars au 13 avril
    le vendredi à 14h30
Musée d'Orsay
Comptoirs d'accueil

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter