L'Hallali du cerf de Gustave Courbet

Une présentation exceptionnelle

Comme l'écrit le critique Jules Castagnary : "Chasseur autant que peintre, il interrompit plus d'une fois l'étude commencée pour saisir le fusil et abattre quelques pièces au passage". L'abondante neige qui tomba sur la Franche-Comté pendant l'hiver 1866-1867 inspira Courbet et il en fit le principal protagoniste des paysages qu'il peignit. L'Hallali du cerf ou le "tableau à la neige" fut le dernier grand format peint par le peintre, plus de quinze ans après Un enterrement à Ornans, le tableau noir.

  • Janvier
    le samedi à 15h
Musée d'Orsay
Comptoirs d'accueil

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion